Nostalgie de la puissance d'un côté / Nostalgie de la liberté de l'autre...

Beaucoup de peuples sur cette terre vivent dans la nostalgie de leur gloire passée, de leur puissant empire perdu... Ces peuples généralement vantent les mérites de la pacification du territoire qu'ils avaient conquis et de la civilisation dont le monde aurait bénéficié grâce à eux. Par certains côtés les beaux restes qui subsistent de cette expansion pourraient nous faire admirer le passé des conquérants... Mais il ne faut surtout pas oublier : 1. Un peuple conquis est toujours un peuple soumis. 2.Un peuple soumis est humilié en permanence directement et indirectement. 3. A cette humiliation s'ajoute la persécution quand ce peuple refuse d'être humilié. 4. Si la persécution ne suffit pas à écraser l'énergie de ce peuple, elle peut se poursuivre en génocide...
La nostalgie de la liberté disparue est d'un autre ordre...
Ce blog veut témoigner pour Chypre. Il se composera d'articles glanés ci et là sur le web soit en français soit que j'aurais traduits et particulièrement de traductions du merveilleux Blog, si passionné et si riche de NOCTOC. qui m'a permis de transcrire ses textes . Puissent les lecteurs francophones en prendre connaissance !
____________________________________________

DISPARUS DEPUIS 1974…


Read More!

LE PROCÈS CONCERNANT 10 MILLONS € D'OEUVRES D'ART PILLÉES SE TERMINE…

 ,

détail d'une des fresques contestées
Détail de l'une des fresques chypriotes contestées.
Photo: Süddeutsche Zeitung

Un tribunal de Munich a finalement mis un terme à 15 années de conflit juridique sur une collection estimée à € 10.000.000 d'art chypriote pillé  rapporte le Süddeutsche Zeitung.

Les 214 œuvres de la collection ont été saisies dans l'appartement de Munich d'un marchand d'art turc en 1997. Les enquêteurs ont soupçonné que les fresques, statues, icônes et autres objets d'art ont été pillés lors de l'invasion turque de Chypre au milieu des années 70.

Après six ans d'une évaluation approfondie de la preuve de recherche de la provenance, de ces oeuvres et de négociations avec la République de Chypre et l'Eglise orthodoxe grecque, la collection est sur le chemin du retour à la nation chypriote.

Au début tous les signes semblaient présager une résolution rapide. Cependant, en réponse à la décision de l'enquêteur, le marchand turc a déposé un recours en 2004 qui a conduit à une bataille juridique prolongée sur les oeuvres d'art de valeur. En Mars 2013, le tribunal a ordonné que la majeure partie des oeuvres soit rapatriée à Chypre, mais certains pièces demeuraient contestées.

L'origine d'environ 30 oeuvres, essentiellement des œuvres d'art préhistoriques ne pouvait pas être définitivement déterminée. Dans sa dernière décision lundi la cour d'appel de Munich a ordonné le retour des objets restants au marchand turc.

Toutefois, il est difficile de savoir si celui qui a fait opposition sera en mesure de garder les pièces car il doit effectuer des paiements de dommages et intérêts aux plaignants. La République de Chypre et  l'Église orthodoxe grecque pourrait encore reprendre possession des articles.

SOURCE artnet Nouvelles sur Facebook et henrindf sur Twitter.
Read More!

Liberté d’expression à la turque

Impact de balles sur la façade d'un immeuble. (photo 1974 Jean Mohr) .


Portrait d'un réfugié à Chypre . ( photo 1976 Jean Mohr)
Selon de nombreux médias, l'exposition du photographe suisse Jean Mohr, intitulée "Avec les victimes de la guerre", au siège de l'UNESCO à Paris le 30 mars, a été annulée, suite à l'intervention de l'Ambassadeur de Turquie à Paris.
En effet, le site d’information SWISSINFO.ch (12.3.15) se réfère à un article du quotidien francophone de Fribourg « La Liberté » qui dans son édition du 12 mars fait état des pressions de la Turquie pour annuler cette exposition.
Les photographies relativement nombreuses des camps de réfugiés Chypriotes grecs à Chypre, envahie par la Turquie en 1974, auraient déplu à l'Ambassadeur d'Ankara.
Il faut en outre rappeler que cette exposition avait déjà été présentée dans une quarantaine de pays.
A signaler que le Premier ministre turc a manifesté en tête du cortège parisien, après les attentats de Charie Hebdo, pour défendre la liberté d’expression !!!

Sources : CyBC, SWISSINFO.ch et La Liberté du 12 mars 2015.


Read More!

Costumes traditionnels de Chypre sur Facebook






Une page de Facebook dédiée exclusivement aux costumes traditionnels authentiques de Chypre qui ont été perdus et oubliés par le temps. Costumes traditionnels de Chypre sur Facebook  

Ce qui distingue les costumes authentiques de Chypre est l'élégance, la combinaison parfaite de couleurs et leur noblesse. 

A Chypre on peut distinguer  trois principaux types de costumes féminins traditionnels, les "sayias», le «type» Amalia ou costume 'Lefkosiatiki », et la « robe ». Les sayias est le vêtement féminin le plus primitif de Chypre. Dans la première moitié du 19ème siècle  les sayias étaient portés indifféremment dans les zones urbaines et rurales de l'île. 
Dès la seconde moitié du 19ème siècle à Nicosie et d'autres villes les sayias ont été remplacés par la tenue de "Type Amalia." Ce type de vêtement a été largement propagé dans les agglomérations rurales de Chypre. Les sayias ont réussi à survivre avec des variations locales dans deux extrémités isolées de l'île, le Karpas et Paphos, jusqu'au début du XXe siècle. 
La robe est apparue à Chypre à la fin 19ème siècle, et a été largement répandue, à la fois dans les zones montagneuses et les plaines de l'île. La robe a remplacé rapidement les costumes féminins plus anciens de l'île, et a été portée jusqu'au milieu du 20e siècle. 

En costume masculin de Chypre il y a une séparation visible d'une région à l'autre. La partie principale du costume est les culottes et panokormi, gilets (sans manches) et zimpouni (avec des manches). Malgré l'apparente uniformité, il existe cependant des différences régionales dans la taille de la culotte ( dans les zones de montagne et Paphos culotte courte et plus étroite, sans la longue entrejambe) et la couleur du tissu avec lequel il a été construit panokormi. Ce qui différencie ces éléments a également  ne se limite  pas à la population locale, de de ce que nous portions à l'origine. Aujourd'hui, les groupes de danse folklorique chypriotes (à une ou deux exceptions près) plutôt que de maintenir et de promouvoir ces beaux costumes de différentes parties de Chypre, sont revenus  en arrière. 

On met, malheureusement des ftiniarikes désagréables et folkloriques, des copies de la robe et karpasitikis Sagias, costumes qui sont tous fabriqués en Chine. Même la coiffure féminine, le fameux  "mouchoir" qui est si nécessaire pour le vêtement traditionnel de la femme chypriote est actuellement Made in China. 
Les costumes masculins ont également été modifiés. Les culottes qui étaient faites avec des tissus de coton sont aujourd'hui en tissu synthétique fabriqué en Chine. La soie et laine " zostra ",  de tous les «ceintures» ont disparu depuis des années, ainsi que des bandeaux de couleur masculins, zimpounia, chemises traditionnelles […]. Aujourd'hui les beaux costumes de fête en velours des hommes / avec la veste de marié brodée à la  main ont disparu comme les féminins. Les podines sont bâclés, basss et larges et sont des copies bon marché de podinas chypriotes authentiques. Dans tout ce que nous avons en tant que costumes traditionnels chypriotes voir ftiniarikes copies majoritairement faites en Chine, sans beauté ni grâce. Ceux-ci montrent et ils nous ont appris à penser que ce sont les costumes traditionnels de Chypre. Pauvres, maladroits, et uniformes. 
La réalité, cependant, nous surprend agréablement. 
Le but de cette page sur facebook, qui est la seule de son genre, est de faire connaître les vrais costumes de Chypre, authentiques. Les costumes portés en fait par nos ancêtres, et non pas ceux que l'on porte aujourd'hui en pensant qu'ils sont traditionnels. Pour faire connaître leur beauté, leur grâce, leur bon goût. Ce sont des costumes qui nous font nous sentir fiers d'être vus au contraire de ceux que nous avons aujourd'hui et qui nous font honte. Alors, venez à votre maison, et si vous aimez faites le connaître à d'autres.





https://www.facebook.com/cyprus.traditional.costumes



https://www.facebook.com/cyprus.traditional.costumes



https://www.facebook.com/cyprus.traditional.costumes


https://www.facebook.com/cyprus.traditional.costumes



https://www.facebook.com/cyprus.traditional.costumes





https://www.facebook.com/cyprus.traditional.costumes



https://www.facebook.com/cyprus.traditional.costumes



https://www.facebook.com/cyprus.traditional.costumes





https://www.facebook.com/cyprus.traditional.costumes




https://www.facebook.com/cyprus.traditional.costumes



https://www.facebook.com/cyprus.traditional.costumes



https://www.facebook.com/cyprus.traditional.costumes



https://www.facebook.com/cyprus.traditional.costumes



https://www.facebook.com/cyprus.traditional.costumes





https://www.facebook.com/cyprus.traditional.costumes


Read More!

ÉGLISE DE ST NICOLAS DU TOIT Métropole de Limassol à Chypre

Église de "St Nicolas du Toit"
(Agios Nikolaos tis Stegis)
Kakopetria 
Photos : Augusta Stylianou (Artiste peintre et photographe)








St Nicolas fresque du 12ème s.  



Nativité de Notre Seigneur, (Église Agios Nikolaos tis Stegis)
 fresque du 14ème siècle



Les 40 martyrs de Sébaste
Église Agios Nikolaos tis Stegis)
 fresque du 12ème siècle




Entrée de Notre Seigneur Jésus Christ dans Jérusalem - Dimanche des Palmes
Église Agios Nikolaos tis Stegis
 fresque du 11ème siècle


Crucifixion de Notre Seigneur Jésus Christ
Église Agios Nikolaos tis Stegis
 fresque du 13ème siècle



Iconostase de du 17ème siècle de l'église de "St Nicolas du Toit"
(Agios Nikolaos tis Stegis) - dans le sanctuaire fresques du 11ème s.

Read More!
FAILLITE IMMINENTE DE CYPRUS AIRWAYS ! 


du 3 au 8 janvier 2015 : Air Journal a écrit le 2 janvier 2015 que Cyprus Airways, la compagnie nationale, est sous le couperet de l'UE qui ne veut, entre autres, aucune compagnie aidée par un gouvernement. Du coup, elle va à sa faillite, merci Bruxelles, car jusqu'à present Cyprus Airways n'a tenu que grâce aux aides de l'Etat chypriote: "Anticipant la faillite de Cyprus Airways, les autorités boursières vont retirer le 13 janvier 2015 les actions de la compagnie de la bourse de Chypre ... Cyprus Airways est sous la menace d’une amende massive de la part de la Commission européenne, qui pourrait atteindre 80 millions d’euros ... La compagnie, qui emploie environ 500 personnes, pourrait être contrainte au dépôt de bilan si elle devait rembourser les sommes concernées". Merci à Corsair, lire ici le très bon Air Journal. Vous voyez à quoi sert l'UE, à supprimer tous les services publics afin de les privatiser par majoritairement des compagnies anglo-saxonnes.
PS: Mr Rohrbacher a vu que "le président d'Air Asia, la compagnie dont l'avion vient de se cracher, a vendu il y a une semaine 850.000 actions. Je pense qu'il n 'y a pas de hasard. Je pense qu'il y a un délit d'initié la dessous", lire Infowars ici. Moi ça me rappelle aussi le No2 de la CIA qui avait vendu les actions des compagnies victimes du 11 septembre la veille du 11 septembre... (voir le livre Blythe Masters). Revue de Presse par Pierre Jovanovic ©  www.jovanovic.com 2008-2015
Read More!

Tensions entre Nicosie et Ankara sur le gaz chypriote

La présence d'un navire turc dans les eaux chypriotes pour réaliser des études sismiques a enflammé à nouveau les relations entre Chypre et la Turquie. Le gaz qui dormirait sous la Méditerranée est un espoir pour Nicosie, mais alimente les exigences des Turcs.



par Romaric Godin | 22/10/2014

Plus de modèle économique

Surtout, le « plan de sauvetage » de Chypre, en faisant payer les déposants de plus de 100.000 euros pour le renflouement des banques a réduit à quasiment rien le modèle économique de l'île fondé sur le système bancaire et les dépôts étrangers. C'est dire si l'exploitation des richesses gazières qui se trouvent dans les sous-sols marins au large des côtes chypriotes est attendue avec impatience. En grande partie, ce qui fait « tenir » les Chypriotes durant ces années difficiles, c'est l'attente du gaz.

Création d'une ZEE

Le gaz sous-marin serait en abondance. Conformément au droit de la mer, notamment à la convention de 1982, Nicosie a établi une « zone économique exclusive » pour réaliser les études et l'exploitation de ces richesses. Cette ZEE est divisée en treize blocs d'exploration et d'exploitation qui ont été en partie attribués à des entreprises étrangères. Mais depuis longtemps, la Turquie s'irrite des volontés de Chypre d'exploiter ces richesses.

La résistance d'Ankara

Ankara, rappelons-le, ne reconnaît pas la république de Chypre, membre de l'UE et seule entité reconnue par la communauté internationale. Elle défend les droits de la République turque de Chypre du Nord (RCTN), entité non reconnue par d'autres pays que la Turquie, et occupée militairement par l'armée turque depuis 1974. Surtout, la Turquie n'est pas signataire de la convention de 1982. Le gaz naturel qui dort sous la Méditerranée est le plus fabuleux espoir des Chypriotes. Soumis à une austérité sévère depuis que la crise grecque a rattrapé l'île en mars 2013, le pays connaît une des plus graves récessions de son histoire. Les observateurs ont beau affirmé qu'ils s'attendaient « à pire », les chiffres sont redoutables : le PIB s'est contracté de 2,4 % en 2013 et de 5,5 % en 2014. Cette année, il pourrait encore reculer de 3,2 %, selon le FMI. Le chômage, jadis inexistant, atteint 17 % de la population active.
Ankara a multiplié les provocations et les menaces. Des navires ont été plusieurs fois aperçus dans les eaux des blocs de la ZEE chypriote.

Etudes sismiques débutées

Mais, cette semaine, la tension est montée d'un cran encore. Le gouvernement turc a autorisé des recherches dans la ZEE chypriote jusqu'au 30 décembre et le mardi 21 octobre, le Barbaros, navire de la compagnie turque TPAO a réalisé dans le bloc 3 ses premières études sismiques. Il est aussi attendu dans le bloc 9, attribué par Nicosie à la société italienne ENI.

Appel à une réaction européenne et internationale

La réaction du gouvernement chypriote s'est voulue mesurée. Nicosie a émis un plan de réaction en huit points parmi lesquels elle réclame la réunion du conseil de sécurité de l'ONU, une réponse commune de l'UE, et l'annonce qu'elle refusera désormais toute ouverture d'un nouveau chapitre d'adhésion à l'UE de la Turquie tant que cette dernière n'aura pas reconnu la ZEE. Rien qui ne doit vraiment inquiéter Ankara, pour le moment. Néanmoins, le conseil européen de jeudi et vendredi devra sans doute prendre position.

Stratégies

L'affaire n'est pas aisée. L'UE n'entend pas se mettre à dos Ankara dans le contexte actuel de crise aux frontières turques d'Irak et surtout de Syrie. La Turquie tente de contraindre Nicosie à accorder une partie des bénéfices à la RCTN en menaçant la république d'un coup de force. Les Chypriotes préféreraient utiliser, pour leur part, ces richesses gazières pour attirer les Turcs dans un processus de réunification. Les deux stratégies ont pour le moment échoué. Depuis 1960, et plus que jamais, le problème chypriote semble inextricable... 

Read More!

Le monastère de Kykkos touché par la crise





Le monastère de Kykkos de Chypre est la dernière victime de la crise économique actuelle du pays. Des rapports ont signalé hier que le monastère - historiquement le plus riche  de l'île - a été contraint de procéder à une série de compressions budgétaires, y compris des mises à pied. Selon les nouvelles, Kykkos a accumulé une dette de 50 M €. L'évêque Nikiforos a déclaré aux journalistes que c'est avec une grande tristesse qu'il a dû prendre ces mesures, qui verront certains de 40 à 50 membres du personnel mis à pied. Le monastère devra également suspendre le fonctionnement d'un certain nombre de ses services, a poursuivi Mgr Nikiforos . Il s'agit notamment du centre social et spirituel de soutien, une fondation scientifique des religions et de la culture mondiale, un centre de recherche, une école chypriote  de la langue grecque, ainsi que des bureaux de musée. Mgr Nikiforos espère que Kykkos pourra obtenir un financement européen pour éviter la fermeture du monastère entièrement. Les locataires des différentes propriétés sous le contrôle du monastère ne paient pas leur loyer, en dépit des injonctions judiciaires leur demandant de le faire. Toutes les recettes du monastère vont vers les salaires. Mgr Nikiforos note que le monastère a subi un coup financier majeur avec en Mars 2013 la décision de l'Eurogroupe pour les dépôts bancaires chypriotes "bail-in", y compris celui du monastère. (source)


Read More!

UN ALLEMAND NOMMÉ À LA TÊTE D'UNE BANQUE CHYPRIOTE


La spoliation des Chypriotes n'est pas terminée. Il manquait la cerise, ou plutôt la fleur d'oranger, sur le gâteau. Une fois la poussière de la spoliation et de l'attention des médias retombée, voici qu'en douce, à pas de loups, un banquier allemand qui a eu les honneurs de cette revue de presse, l'ancien patron de la Deutsche Bank, Josef Ackerman lui même, a été nommé à la tête de la... Banque de Chypre !!!
!!!
Ils ne se cachent même plus.
Il est vrai que depuis la nomination d'un Canadien ex Goldman Sachs à la tête de la Banque Centrale d'Angleterre, la main n'est plus aussi invisible qu'avant. Donc "ils" agissent maintenant presque à découvert. 
Ekath a donné l'information, mais sans aucun commentaire: "Former Deutsche Bank CEO Josef Ackermann has been nominated as chairman of Bank of Cyprus, its US-based investors Wilbur Ross and Tyrus Capital said ... Bank of Cyprus was forced to recapitalize by seizing a large percentage of major clients deposits in early 2013 so Cyprus could qualify for a 10-billion-euro international bailout. Despite that upheaval, the bank managed to raise 1 billion euros in private placements in July", 
lire ici... Revue de Presse par Pierre Jovanovic ©  www.jovanovic.com 2008-2014
Read More!

1er octobre, Jour de l'Indépendance de Chypre.





Chypre s'est forgé une âme. Cette âme fut l'hellénisme. Vers 1230 avant J.C, les Mycéniens fuient la Grèce continentale, s'installent à Chypre. Des colons Achéens suivirent leurs traces quelques années plus tard. Ils introduisirent à Chypre la langue grecque qui fut adoptée par le peuple Chypriote. Dès le IIème siècle avant J.C, l'île était hellénisée. 
Les grandes catastrophes naturelles eurent lieu vers 1075 avant J.C. Le peuple Chypriote devait reconstruire de très nombreuses villes. Pour son bonheur et son malheur, le sous-sol de Chypre était riche en cuivre. Le commerce se développa avec les pays méditerranéens, des comptoirs commerciaux s'installèrent sur les côtes de l'île. Cette richesse excita l'envie des grandes puissances de l'époque, il était plus intéressant de conquérir le pays que d'acheter le cuivre.
Vers 1900 avant notre ère, les Phéniciens s'installent à Chypre, étendent leur pouvoir sur tout le pays, pour mettre sous leur contrôle les mines de cuivre. Vers 750-745 avant J.C, les Assyriens font la conquête de Chypre, puis vers 570 avant notre ère, le pays est conquis par le Roi d'Egypte : Amasis. Face à l'oppression égyptienne, les Chypriotes deviennent plus conscients de leur identité Grecque.
En 545, les Egyptiens cèdent Chypre aux Perses qui opprimèrent sans merci le peuple Chypriote. Leur domination durera deux cents ans. La majorité des Chypriotes firent de leur culture grecque le symbole de la résistance au despotisme oriental. Le goût de la lutte naquit en eux. En 499, les Chypriotes se sont révoltés contre les Perses. La victoire leur échappe et les Perses firent payer cher au peuple, par des crimes et des destructions à grandes échelles.



Les Chypriotes ont acquis le sentiment de leur identité grecque



Au cours des 5ème et 6ème siècles avant notre ère, les Chypriotes qui avaient alors acquis une conscience nationale et le sentiment de leur identité grecque, combattirent vaillamment contre les Perses pour reconquérir leur liberté. 

C'est au milieu de toutes ces luttes que les Rois pro Grecs de Chypre adoptèrent les principes de la démocratie grecque, le mode de vie et l'art grec. Une vague immense d'hellénisme recouvrit Chypre. La domination perse prit fin, Alexandre le Grand fit sa célèbre expédition en Orient, il fut soutenu par les Rois du pays.
En 332, la victoire d'Alexandre assura la suprématie grecque en Méditerranée orientale et Chypre fut enfin libérée. L'époque romaine 50 avant jusqu'à 330 après J.C, Chypre fut intégrée à la province de Cilicie. Les Romains exploitent au maximum les richesses de l'île. Ce fut aussi le temps où le christianisme fut introduit à Chypre.
C'est sous la domination de Byzance qui dura près de huit siècles que l'hellénisme et le christianisme se développèrent à cette époque. D'importantes constructions, églises, basiliques, furent réalisées. La prospérité régnait sur l'île. 
Vers le milieu du 8ème siècle, les Arabes du désert firent irruption en Méditerranée orientale. Chypre, bien que bien protégée par la mer, ne fut pas épargnée. Les Arabes pillèrent les villes, détruisant au nom du prophète Mahomet, les basiliques, et toutes représentations religieuses. Ils massacrèrent un très grand nombre de Chypriotes, en dévastant tout sur leur passage.
Les Arabes se retirèrent de Chypre, à la condition que l'île leur paie un tribu annuel. Ainsi, les pauvres Chypriotes se trouvaient doublement taxés, à la fois par l'empire de Byzance et les Arabes. Dix ans plus tard, en 653, les Arabes envahissent une nouvelle fois l'île, et massacrèrent ceux des habitants qui ne s'étaient pas enfuis pour se cacher dans des cavernes ou des montagnes. La terrible occupation arabe durera trente ans. 
L'Empereur Byzantin, Nicéphore Phocas II en 965, reconquit Chypre, infligeant une défaite cuisante aux Arabes et aux Egyptiens. Ainsi, Chypre redevient une province byzantine à part entière. La troisième croisade menée par Richard Cœur de Lion, roi d'Angleterre, et de Philippe Auguste, roi de France en 1191, modifia de nouveau les données politiques du pays.
C'est à cette époque que Richard Cœur de Lion se marie avec sa fiancée Bérangère à Limassol, après son débarquement à Chypre, il devient le maître de l'île, après avoir massacré quelques milliers de Chypriotes. Chypre fut vendue par Richard aux Templiers qui vendirent quelques mois après, le pays au Comte Guy De Lusignan, seigneur du Poitou. C'était le début de l'époque France en 1193, qui dura plus de trois siècles.
En 1499, les Génois, puis les Vénitiens envahissent eux aussi Chypre. Ses richesses et ses positions commerciales en Méditerranée sont la cause de nouveaux malheurs. Le peuple est terriblement opprimé. En dépit de la longue présence de la dynastie latine, les Chypriotes restent fidèles à leur identité.


1571-1878, l'époque turque

Chypre est demeurée trois cents ans sous la domination ottomane. C'est à cette époque, que les conquérants turcs s'établirent dans l'île, ainsi que des Turcs venant d'Anatolie. Les Chypriotes turcs, demeurant à Chypre actuellement, sont les descendants de l'envahisseur de l'époque. Trois siècles de domination qui ont apporté, misères, catastrophes au peuple chypriote, de nombreuses destructions d'églises et de monuments d'une incomparable richesse.
En 1877, un nouvel épisode de la guerre qui opposait la Russie à la Turquie, la Grande Bretagne accepte de protéger la Turquie en échange de quoi, Chypre lui fut cédée. Elle passa ainsi très paisiblement de la domination Turque à celle de la Grande Bretagne. Les Chypriotes étaient heureux, espérant inaugurer une ère de liberté et de progrès. Mais, l'île était dépeuplée et misérable.
Au cours de la seconde guerre mondiale, les Chypriotes se rangèrent aux côtés de l'Angleterre et furent nombreux à s'engager comme volontaires dans l'armée anglaise. L'aspiration du peuple pour l'indépendance de leur pays était grande. Devant le refus britannique de leur accorder, ce qu'elle accordait aux autres pays de l'empire, ils prirent les armes dès le ler avril 1955 pour conquérir leur indépendance. Après cinq ans de lutte, l'Angleterre accepta devant une situation qui empirait, de négocier.
L'Angleterre, la Grèce, la Turquie, se réunirent en février 1959 pour aboutir aux accords de Zurich en vertu desquels fut fondée la République de Chypre. Le drapeau de Chypre fut hissé sur les édifices publics, dans la nuit du 15 au 16 août 1960. Chypre devenait indépendante après des siècles de soumissions. 


Mgr Makarios III, Sir Hugh Foot et le Dr Küçük, lors de la signature du traité de Londres en février 1960.



Le gouvernement chypriote a fixé le 1er octobre pour fêter le début de l’indépendance de l’île.
Conclusion

En 1960, la République est née, comptant 80% de Grecs (450 000), 16% de Turcs (125 000) et 4% d’Arméniens, de Maronites et de Latins. Les Grecs sont arrivés à Chypre vers 2 000 avant Jésus Christ. Les Turcs sont arrivés en 1571 après Jésus Christ. Beaucoup de Chypriotes turcs sont de d'ascendance grecque et sont devenus musulmans pour éviter les massacres.
La Grèce, durant 400 ans d’esclavage pendant lesquels elle fut rayée de la carte, jusqu’à son soulèvement le 25 mars 1821 pour libérer une partie de la terre grecque en créant l’Etat grec en 1828. Beaucoup de régions grecques se sont unies à la Mère Patrie, la Grèce, plus tard comme le Dodécanèse, la Macédoine, la Thrace, l’île de Crète, les îles Ioniennes mais pas encore Chypre. Chypre a été occupée pendant 800 ans. C’est grâce à la lutte armée de l’E.O.K.A qu’elle a obtenu son indépendance en 1960.
Quand la lutte de l’E.O.K.A contre les Britanniques commença en 1955 pour la liberté et l’union avec la Grèce, les Turcs, les 6 et 7 septembre, massacrèrent les Grecs à Constantinople. Les Britanniques trouvèrent le moment opportun pour convoquer la Turquie et la Grèce qui tomba dans le piège. Le Royaume Uni donna des droits à la Turquie sur Chypre, tout en violant le traité de Lausanne.
En 1923, la Turquie renonce, lors de la signature du traité de Lausanne, à tous ses droits sur Chypre qui sera déclarée colonie de la couronne britannique, en 1925. C’est à ce moment que la Turquie a commencé son plan d’envahissement de l’île de Chypre, lequel a eu lieu en 1974.
Mais cette lutte pour l’Enosis (l’union) n’a pu aboutir et, le 11 février 1959, Chypre devient un Etat indépendant suite à la signature du traité de Zurich. Huit jours plus tard, les deux représentants respectifs des Chypriotes grecs et turcs, l’archevêque de Chypre, Mgr Makarios III et le Dr Fazil Küçük, acceptent la naissance de la République indépendante de Chypre.
Un traité est signé à Londres entre le Royaume-Uni, la Grèce et la Turquie, en février 1960, et ces trois pays se portent garants de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de Chypre. La domination britannique prend définitivement fin, le 15 août à minuit, et la république est officiellement proclamée le 16 août. 
En 1960, les Anglais quittent l’île de Chypre qui devient alors une République, avec, pour Premier Président, l’Archevêque Makarios III et, pour vice-président, le Chypriote turc, le Dr Küçük.


Une photo explosive du journal anglais en 1964, montrant des manifestants à Londres
 brandissant déjà le panneau « La seule solution est la répartition de Chypre » !


La République de Chypre est née.
Les Chypriotes grecs, malgré leur lutte pour l’union avec la Grèce, ont fini par accepter, tout doucement, la République de Chypre car ils n’ont pas eu le choix, suite à la signature du traité de Zurich : c’était soit la République de Chypre, soit la répartition de l’île.
A partir de là, la Turquie a poursuivi son plan et l’objectif fut de dresser les Chypriotes turcs contre les Chypriotes grecs. Nous avons plusieurs exemples en ce domaine mais, nous allons vous en citer un témoignage d’un officier de l’armée turque qui avait pour ordre de se rendre à Chypre afin de provoquer l’explosion de minarets. De 1960 à 1974, les deux communautés ont rencontré des problèmes.
Les Chypriotes turcs, qui vivaient en parfaite harmonie depuis des années avec les Chypriotes grecs, après l’invasion de 1974, sont devenus, eux aussi, les otages de la Turquie car ils sont devenus minoritaires à cause des colons venus de Turquie. D’ailleurs, de nombreux Turcs ont fait savoir que, même s’il n’y avait pas de Chypriotes turcs à Chypre, l’invasion aurait eu quand même lieu.
La lutte de tous les Chypriotes est la liberté de leur île et de sauvegarder la REPUBLIQUE DE CHYPRE.
La Turquie, en revanche, poursuit son plan qui consiste à dominer Chypre. Les Chypriotes ne sont pas les seuls à devoir se méfier de la Turquie. Très nombreux sont ceux qui pensent que la Turquie sera bientôt un pays très puissant qui dominera au Proche Orient et même en Europe. 
Le souhait des Turcs est le retour de l’Empire Ottoman.

BON ANNIVERSAIRE A CHYPRE ET VIVE LA REPUBLIQUE !

Read More!

Chypre occupée : Le nettoyage ethnique du passé (icône retrouvée)



L’Eglise de Chypre a récemment repéré une icône datant du XVIème siècle, sur le point d’être vendue par une maison d’enchères en Suisse. L’icône représentant le Christ provient du Monastère du Christ Antifonitis situé dans le village occupé de Kalograia.
Selon le communiqué de presse de l’Eglise de Chypre, relayé par l’Agence de Presse de Chypre (CNA), le 17 septembre, l’icône allait être misse aux enchères entre le 15 et le 19 septembre par Schuler Auktionen.
Après une coopération entre les autorités compétentes, dont l’Eglise de Chypre, la police chypriote, le ministère des Affaires étrangères, le Bureau du Procureur de la République, le Département des Antiquités, Interpol Suisse et l’Ambassade suisse à Nicosie, il a été possible de retirer l’icône des enchères.
Actuellement, le Bureau du Procureur de la République de Chypre et le Département des Antiquités tentent de rapatrier l’icône. Il faut rappeler que Chypre et la Suisse ont signé en 2013 un mémorendum d’entente sur le rapatriement des biens culturels. Il faut également noter qu’une autre icône provenant du même Monastère avait été repérée et rapatriée de Grèce en 1998.
Enfin, rappelons que depuis l’invasion et l’occupation turque de 1974, le patrimoine culturel chypriote a subi d’importants pillages et dégâts, infligés par les occupants. Un nombre incalculable d’objets d’art et d’objets cultuels ont été vendus par les pilleurs à l’étranger ou détruits sur place, dans un effort d’éradiquer tout ce qui rappelle le caractère grec et chrétien de cette partie du territoire chypriote. Notamment plus de cinq cents Eglises ont été détruites, pillées ou détournées illégalement de leur fonction d’origine.

Charalambos Petinos, historien / écrivain
Dernier ouvrage paru : Le jour où l’Euro(pe) a basculé, Mon Petit Editeur, Paris, 2014.
( source)
Read More!

FAMAGOUSTE NOSTALGIE

 Victoria Hislop se tient devant le filet qui scelle les hôtels et les immeubles dans le centre touristique de Famagouste


Famagouste sur la côte est de Chypre, était autrefois l'une des stations les plus glamours de la Méditerranée. Ses kilomètres de sable clair et sa mer turquoise en faisait une destination pour la jet-set des années soixante-dix, attirant des milliers de visiteurs chaque année. 

Avec les touristes, la population forte de 40.000 habitants connaissait une vie riche en culture, art, musique et théâtre qui était la meilleure de l'île. Avec le port plus profond de Chypre, Famagouste traitait plus de 80 pour cent de la cargaison de l'île, dont une grande partie composée d'un vaste tonnage d’agrumes cueillis dans les vergers locaux.

Le quartier moderne, où se trouvaient les hôtels et appartements de luxe était habité principalement par les Chypriotes grecs, tandis que la ville fortifiée qui contenait les trésors historiques de Famagouste - y compris de nombreuses églises byzantines et une spectaculaire cathédrale du 14ème siècle, de l'époque franque - était habitée par les Chypriotes turcs. 

Mais il y aura 40 ans ce mois-ci, le règne de Famagouste comme paradis pour les insulaires et les touristes s’est interrompu d’une manière abrupte et prématurée.

Suite à un coup d'Etat militaire grec en Juillet 1974 les forces turques ont envahi Chypre, sous le prétexte de rétablir l'ordre constitutionnel et de protéger la minorité chypriote turque. Après une brève période de cessez-le feu, Famagouste a été bombardée et les chars turcs ont alors avancé. 

Le 14 Août, la population chypriote grecque a fui dans la terreur, dans des voitures, des autobus, à pied, en n'emportant que les vêtements qu'ils portaient. Ils s'attendaient à l'aide d'une puissance étrangère, mais rien n’est venu, et leur exil a duré des semaines, puis des mois, puis des décennies. 

Ma première visite à Chypre c’était quatre étés après la guerre. J'avais répondu à une petite annonce dans Time Out pour un voyage par voie de terre à Chypre, ne réalisant pas que j'allais dans une zone sous occupation de l'armée. J'avais 18 ans et j’étais très naïve. Il a fallu la vue des bâtiments grêlée de balles pour que je me me dise que ça allait être une fête étrange. Il y a 40 000 soldats turcs dans le nord de Chypre aujourd'hui, mais en 1978 il y avait beaucoup plus. 

Je me suis retrouvée sur une île où les Turcs avaient effectivement tiré un trait sur ​​Chypre divisant le nord du sud, coupant Famagouste et d'autres villes de leurs populations chypriotes grecques. Lors d’un de mes voyages à travers le nord de l'île avec des soldats qui étaient en congé, je me souviens avoir vu au loin une grande ville moderne et l’on m’a dit que c'était là qu’étaient les plus belles plages. J'ai demandé si nous pouvions y aller. « Non, m’a-t-on dit. C'est hors de limites. » 

Cette ville était Famagouste, une ville qui est devenue un symbole de la division de l'île. 

L'année de ma première visite, la frontière a été entièrement scellée, et elle est restée ainsi pendant encore 25 ans. Puis, en 2003, les autorités turques ont ouvert pour permettre aux gens de visiter leurs anciennes maisons. Beaucoup les ont trouvé occupées par les Chypriotes turcs ou des colons venus de Turquie. Cela a été une expérience traumatisante dans tous les sens, nombreux sont ceux qui ont trouvé leurs maisons détruites ou modifiées jusqu’à être rendues méconnaissables.

Aujourd'hui, une partie de Famagouste encore reste entièrement bouclée par des barbelés rouillés, farouchement gardée par les troupes turques. Connue sous le nom de Varosha, cette partie représente environ 20 pour cent de Famagouste : c’était une zone touristique de premier ordre, comprenant l'étendue de sable doré, derrière laquelle se dressent des squelettes d'hôtels et d’appartements bombardés et abandonnés, et des rues avec des magasins, des restaurants, des hôtels pillés. 

La ville fantôme est fortement gardée par des soldats, et des panneaux agressifs qui indiquent clairement que c'est une zone interdite. Grâce à d'énormes trous dans le filet plastique il y a une vue montrant de manière provocante la déréliction qui se trouve derrière. Les mauvaises herbes poussent entre les pavés, les vitres sont brisées, l'atmosphère y est étrange et sinistre. 

Les deux dernières années, je suis allée au nord et au sud de Chypre régulièrement à la recherche d'un roman. Pendant cette période, j'ai vu d'importants travaux de construction en cours dans la région environnant Varosha, ce la qui rend méconnaissable aux anciens habitants. Une importante population de colons de la Turquie continentale y vivent, en suivant leur mode de vie et leur culture très différente, même de celle des Chypriotes turcs. 

l est douloureux pour les Chypriotes grecs de voir leur ville en cours de reconstruction. Il y a à propos de Cette situation suscite beaucoup de colère, mais aussi de la tristesse. La plus grande tristesse, bien sûr, est que des dizaines de milliers de personnes ont perdu tout ce qu'ils avaient. Mais il y a également le regret que l'harmonie dans laquelle Chypriotes grecs et turcs ont vécu a été détruite. Erato Kantouna, fille de l'ancien maître du port de la ville, rappelle que son père était très ami avec de nombreux Chypriotes turcs. Ils étaient collègues, me dit-elle. »Et certains d'entre eux ne parlaient que grec.

Beaucoup de Chypriotes turcs que j'ai rencontrés ont exprimé leur frustration de façon semblable. Serdar Ataï, qui fait partie d'une société commune civique qui encourage la coopération entre les deux communautés, m'a dit comment il se sent vivre à Famagouste. "Nous sommes en captivité, comme otages", dit-il, ils ont promis que tout serait OK, mais notre avenir est captif. Pouvez-vous imaginer ce traumatisme? C'est poids très lourd pour les gens qui vivent ici. Ils se réveillent à un horizon sombre. "

Nous sommes allés à la boutique de Serdar pour récupérer la clé de la belle église du 14ème siècle de Agios Georgios Exorinos. A l'intérieur, plusieurs choses ont attiré mon attention - plus évidemment les fresques défigurées, avec les visages et la croix atrocement rayées. Il y a eu de nombreux cas de vandalisme culturel dans les églises grecques orthodoxes du nord. 

Mais quelque chose d'autre se distingue: dans le coin était un "epitafios", que l’on transporte dans les rues le vendredi saint. Cette année, pour la première fois depuis 1958, un office orthodoxe a eu lieu dans l'église. Des milliers de Chypriotes grecs ont traversé la frontière pour participer à ce moment profondément symbolique. 

Le Week-end dernier, j'ai assisté à un rassemblement pour célébrer les 40 ans depuis que les gens de Famagouste ont perdu leurs maisons. Pour rejoindre l'événement, j’ai pris une route qui est parallèle à la ligne de démarcation divisant Chypre. Tous les quelques kilomètres il y avait un poste de garde sur une colline, à partir duquel les soldats turcs regardaient vers le bas pour nous surveiller.

Une occasion semblable a eu lieu chaque année depuis la division de l'île et se déroule dans Dherynia, un village dans le district de Famagouste à proximité de la "frontière". De là, la ville fantôme est clairement visible dans la lumière du jour, ses hôtels de plusieurs étages se détachant sur la ligne d'horizon. La nuit, il disparaît. Il n'y a pas de lumières à l'intérieur de ces bâtiments. 

Dans la nuit de la journée du Souvenir de Famagouste, je marchais à côté d'une foule de plusieurs centaines de personnes du centre culturel de Famagouste occupé à travers le village pour présenter une déclaration au poste de contrôle des Nations Unies. Une lettre, adressée au Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, qui demandait le retour de Famagouste à ses habitants légitimes. Avec leurs drapeaux flottant au vent, ils ont chanté des chansons sur leur ville perdue pour les troupes de l’ONU. C'était une manifestation pacifique, mais empreinte d’amertume et de chagrin. 

De retour au centre culturel, 1200 d'entre nous (y compris un certain nombre de Chypriotes turcs et trois membres du groupe parlementaire britannico-chypriote de tous les partis) a écouté les discours, d’entre autres, le président de Chypre, Nicos Anastasiades. Il a souhaité la bienvenue aux Chypriotes turcs pour l'événement et a déclaré que la solution à la question chypriote ne devrait pas avoir de gagnants ou de perdants, mais seulement des citoyens européens heureux. Il leur a demandé de travailler avec les Chypriotes grecs afin d'avoir un pays libre. 

«Le temps est contre nous, a-t-il dit. Non seulement pour les Chypriotes grecs mais pour les Chypriotes turcs.» Ces derniers sont maintenant une minorité par rapport aux colons venus de Turquie. 

Des spectateurs désabusés m'ont dit que les mêmes choses sont dites chaque année, et que les négociations vont certainement durer pendant très longtemps. La découverte de vastes réserves de gaz dans les eaux de Chypre pourrait toutefois s'avérer un catalyseur pour une sorte de règlement.

La soirée s'est poursuivie, avec des chansons extrêmement émouvantes sur la ville dont la silhouette se dessinait sous le clair de lune, et je me demandais si les amplificateurs les portaient aussi loin que les soldats qui gardaient la ville. 

« Nous sommes partis avec la certitude que nous allions bientôt revenir, croyant que le monde civilisé ne saurait jamais accepter ce crime contre Chypre » m’a dit Alexis Galanos, le maire en exil, et il a ajouté « Nous avons eu tort. »

Famagouste est connu pour les Grecs sous le nom Ammohostos, qui signifie «enfouie dans le sable ». J'espère que la question de son retour légitime ne rencontrera pas ce sort. 

Le roman de Victoria Hislop, "The Sunrise", est publié le 25 Septembre par Headline (£ 19,99)
(version  française par Maxime le minime de la source)
Read More!

CHYPRE AUTORISE LES SAISIES IMMOBILIERES EN MOINS DE 6 MOIS

CHYPRE AUTORISE LES SAISIES IMMOBILIERES EN MOINS DE 6 MOIS 
Les ravages de la Troïka continuent: après la préparation des saisies des biens immobiliers des vieux Grecs, voici que le gouvernement corrompu de Chypre a voté les textes pour saisir d'office les propriétés chypriotes, sachant qu'une majorité d'entre elles valent une fortune, étant en bord de mer... Et regradez bien l'article du Figaro, surtout la partie soulignée: "Le Parlement chypriote a adopté hier une loi autorisant la saisie de biens immobiliers payés avec des crédits douteux, ce qui devrait permettre à l'île en récession de toucher sa prochaine tranche d'aide internationale"... Comprenez, c'est la Troïka qui l'a demandé. Priorité: saisir les biens... russes! Mais aussi ceux des locaux, histoire de renflouer les banques. "Ce vote est intervenu au lendemain de la date butoir fixée par les bailleurs de fonds internationaux, qui avaient fait de cette législation sur les saisies immobilières une condition sine qua non du versement à fin septembre de 436 millions sur les 10 milliards d'euros d'aide accordés en 2013. La nouvelle loi fait en sorte que la durée des procédures de saisie soit significativement réduite, d'un maximum de 20 ans à seulement plusieurs mois, et met en place des règles d'évaluation des biens à saisir et de leur mise aux enchères, tout en enjoignant les banques à restructurer les prêts douteux avant d'envisager de recourir à la saisie".

L'Allemagne règne sur l'Europe, pardon, l'UE, et cela me rappelle amèrement les heures sombres de l'occupation, où des traîtres comme Pétain ont voté des textes de même acabit. Monstrueux. Lire ici Le Figaro. Cette Union Européenne va finir par créer une armée d'esclaves au service des Etats-Unis. Extraordinaire... Lisez bien: "Les parlementaires craignent en effet un mouvement trop massif de saisies immobilières qui jetterait de nombreuses familles à la rue dans un pays où le taux de chômage atteint 17%"... Quelle honte. Et dire que ce sont des Chypriotes, des députés, qui ont voté ces lois. Eux aussi ont leur Philippe Pétain. Il s'appelle Nikos Anastasiadis. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com2008-2014




Read More!

St Tikhon l'évêque d'Amathonte à Chypre


St Tikhon l'évêque d'Amathonte à Chypre fêté le 16 Juin 
Saint Tikhon, évêque d'Amathonte  est né dans la ville d’Amathus sur l'île de Chypre. Ses parents ont élevé leur fils dans la piété chrétienne, et lui ont enseigné la lecture des livres sacrés. On rapporte que le don de thaumaturge apparut déjà chez St Tikhon alors qu'il était tout jeune. Son père était le propriétaire d'une boulangerie, et quand il laissait son fils seul dans la boutique, le saint jeune homme donnait du pain gratuitement à ceux qui en avaient besoin. Apprenant cela, son père se mit en colère car il craignait que son fils ne ruine son négoce, mais le fils dit qu'il avait lu, dans les Écritures, qu’en donnant à Dieu on reçoit au centuple. «J’ai rendu à Dieu le pain qu'Il avait Lui-même donné. Donner aux pauvres c'est donner à Dieu» dit l'enfant, et il persuada son père d’aller à l'endroit où le grain était stocké. Avec étonnement le père vit que le grenier, qui était auparavant vide, était maintenant rempli à craquer de blé. Dès lors le père n'empêcha plus son fils de distribuer du pain aux pauvres. Un certain jardinier avait rapporté des sarments de sa vigne. St Tikhon les rassembla, les planta dans son jardin et pria le Seigneur que ces branches puissent prendre racine et produire des fruits pour la santé des personnes. Le Seigneur au vu de la foi du jeune homme l’exauça. Les branches prirent racine, et leurs fruits eurent un goût particulier et très agréable. On les utilisa au cours de la vie du saint et après sa mort pour faire du vin destiné au mystère de la Sainte Eucharistie.

 Le clergé de l'église reçut en son sein le pieux jeune homme et le fit lecteur. Plus tard, Mnemonios, l'évêque d’Amathonte l’ordonna diacre. Après la mort de Mgr Mnemonios, St Tikhon à la demande de tous fut jugé digne d’être choisi comme évêque d’Amathonte.  C’est Saint Épiphane, évêque de Chypre (12 mai), qui présida l’office. 

 St Tikhon travailla avec zèle pour éliminer les restes de paganisme à Chypre ; il fit détruire un temple païen et travailla à la propagation de la foi chrétienne. Le saint évêque était généreux, ses portes étaient ouvertes à tous, et il écoutait et répondait avec amour à la demande de chaque personne venue à lui. Ne craignant ni les menaces ni les tortures, il a fermement et courageusement confessé sa foi devant les païens. 

 Dans l’office à St Tikhon, il est indiqué qu'il avait prédit le moment de sa mort, survenue en l'an 425. Le nom de Saint-Tikhon d’Amathus a été grandement honoré en Russie. Des temples dédiés au saint ont été construits à Moscou, à Nijni-Novgorod, à Kazan et d'autres villes. Mais il a été particulièrement vénéré dans le diocèse de Voronej, où il y eut trois hiérarques qui se succédèrent sous le nom du saint hiérarque d’Amathus: St Tikhon I (Sokolov) (+ 1783 13 août), Tikhon II (Yakoubovski, jusqu'en 1785) et Tikhon III (Malinine, jusqu'en 1788). (version française par Maxime le minime de la source)
Read More!

κάτι δεν πάει καλά...



Read More!

Le Saint Monastère de la Panagia Apsinthiotissa à CHYPRE

Le Saint Monastère de la Panagia Apsinthiotissa, situé dans un paysage de rêve sur les flancs verts de la montagne de Pentadaktylos, était une dépendance du monastère du Saint-Sépulcre de Jérusalem . Il est  désormais depuis 1974 sous occupation turque 



Le monastère a été construit en 1100 et il était considéré un des joyaux des complexes byzantins importants de Chypre mais après l'invasion turque en 1974,  il  a été pillé par les trafiquants turcs et laissé aux ravages du temps. Ils ont tout pillé, et même les fresques en ont été extraites des murs pour être vendues. On en a récemment identifié lors d'une vente en Allemagne. Dans ce lieu jadis sacré, on peut malheureusement maintenant constater avec consternation et horreur toutes sortes de déchets incongrus et d'excréments d'animaux qui jonchent le sol ainsi que des graffiti blasphématoires qui recouvrent les murs…



Selon la tradition locale, le monastère a pris son nom d'un buisson, l'absinthe, qui obturait l'ouverture de la grotte, dans laquelle un moine avait caché une icône miraculeuse de la Toute Sainte pour la sauver de la fureur destructrice des iconoclastes.
Des années après, avec la restauration des icônes, les résidents de la zone environnante ont vu une étrange lumière très brillante qui émanait de la montagne... ils ont alors trouvé l'icône et construit le monastère. Depuis le monastère est connu  comme le monastère de l'absinthe (Apsinthiotissa)  ou simplement Psithia. Le monastère connut alors une grande fortune, puis il est devenu sous la domination ottomane, une dépendance de Jérusalem et une partie du monastère de Saint Chrysostomou Koutsovendis, qui était l'exarchat central officiel du Saint-Sépulcre à Chypre. 



  


(version  française par Maxime le minime de la source)
Read More!