Nostalgie de la puissance d'un côté / Nostalgie de la liberté de l'autre...

Beaucoup de peuples sur cette terre vivent dans la nostalgie de leur gloire passée, de leur puissant empire perdu... Ces peuples généralement vantent les mérites de la pacification du territoire qu'ils avaient conquis et de la civilisation dont le monde aurait bénéficié grâce à eux. Par certains côtés les beaux restes qui subsistent de cette expansion pourraient nous faire admirer le passé des conquérants... Mais il ne faut surtout pas oublier : 1. Un peuple conquis est toujours un peuple soumis. 2.Un peuple soumis est humilié en permanence directement et indirectement. 3. A cette humiliation s'ajoute la persécution quand ce peuple refuse d'être humilié. 4. Si la persécution ne suffit pas à écraser l'énergie de ce peuple, elle peut se poursuivre en génocide...
La nostalgie de la liberté disparue est d'un autre ordre...
Ce blog veut témoigner pour Chypre. Il se composera d'articles glanés ci et là sur le web soit en français soit que j'aurais traduits et particulièrement de traductions du merveilleux Blog, si passionné et si riche de NOCTOC. qui m'a permis de transcrire ses textes . Puissent les lecteurs francophones en prendre connaissance !
____________________________________________

ST BARNABÉ LE THAUMATURGE qui vécut en ermite au village de Vasa


La plus ancienne référence à Saint Barnabé, qui vécut en ermite dans le village de Vasa se trouve dans les écrits du chroniqueur Léonce Machairas qui déclare: «Et à Vasa il y a Saint Barnabé, le moine». Le saint est un des «Trois cents » réfugiés (clergé, moines et laïcs) qui ont fui à Chypre au cours de la persécution par les Arabes. Parmi ces «Trois cents » réfugiés il y avait aussi des Chypriotes qui vivaient comme moines en Terre Sainte. En raison de la persécution et à cause du risque d'être abattus par les Sarrasins musulmans, beaucoup d'entre eux ont fui vers la Chypre chrétienne. Tout au long des siècles, il y a eu des moines chrétiens grecs et des moniales chypriotes vivant en Terre Sainte, jusqu'à nos jours. En ces jours difficiles, ces «trois cents» décidèrent de se réfugier dans des régions du monde plus sûres où vivaient des chrétiens, et le plus proche endroit était Chypre. Ainsi, de nombreux clercs, évêques, prêtres, moines et laïcs, se sont décidé à quitter les terres envahies, car ils étaient persécutés par les sarrasins musulmans, leur foi et leurs vies étaient en danger, et il était presque impossible de rester en Terre Sainte. Ils se sont donc, enfuis à Chypre.
Barnabas semble avoir été un Chypriote - parce que ce nom est chypriote et qu’il existait déjà en tant que nom de l'apôtre Barnabé, le fondateur de l'Eglise chypriote. Barnabé donc avec Timon, un autre ascète chypriote, a fui vers le village de Vasa qui est près du village de Kilani. On croit que tous deux, Barnabas et Timon, sont originaires de ce village parce que, dans une partie de l'hymne de Saint Barnabé, il est mentionné que Vasa est leur lieu de naissance.
Et c’est ainsi qu’ils ont creusé là les grottes qui étaient probablement d’anciens tombeaux pour en faire leurs ermitages (que l’on peut voir sur les photos ci-dessous) et s’y sont adonné au combat spirituel, au jeûne, à la veille et à la prière.


Barnabé par la sobriété, la virginité, la pauvreté et la prière, est rapidement parvenu à devenir digne de recevoir le don divin. Il reçut de Dieu la grâce d'accomplir des miracles et de guérir les malades alors qu'il était encore vivant mais aussi après sa mort. Pour cette raison, il a été nommé «Thaumaturge ». Dans l’office qui lui est consacré il est dit que de sa tombe, des restes de sa crypte funéraire, a jailli une source miraculeuse pour les malades.
Dans une autre partie de son hymne, il est indiqué par l’hymnographe qu’au moment de sa mort, le visage du Saint était brillant comme le soleil, et que les habitants du village de Vasa furent stupéfaits au spectacle de ce miracle.
Dans la grotte où le Saint vivait, dans sa crypte funéraire, furent trouvées les reliques de son corps intact. Cependant, aujourd'hui ne subsistent que quelques parties de ses reliques parce qu'une grande partie d'entre elles ont été donnés à diverses églises.
Dans le village de Vasa, jusqu'en 1897, existait une église avec un dôme dédiée à Saint Barnabé. Toutefois, les habitants du village l’ont démoli pour la remplacer par une "magnifique" église qui est dédiée à la Panagia Evagelistria.

La mémoire de Saint-Barnabé est célébrée le 11 Juin, le jour où est également célébré la mémoire de Saint-Barnabé, le fondateur de l'Eglise de Chypre.


(version française de Maxime Le minime d'après Noctoc)

Share this post!

Bookmark and Share

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire