Nostalgie de la puissance d'un côté / Nostalgie de la liberté de l'autre...

Beaucoup de peuples sur cette terre vivent dans la nostalgie de leur gloire passée, de leur puissant empire perdu... Ces peuples généralement vantent les mérites de la pacification du territoire qu'ils avaient conquis et de la civilisation dont le monde aurait bénéficié grâce à eux. Par certains côtés les beaux restes qui subsistent de cette expansion pourraient nous faire admirer le passé des conquérants... Mais il ne faut surtout pas oublier : 1. Un peuple conquis est toujours un peuple soumis. 2.Un peuple soumis est humilié en permanence directement et indirectement. 3. A cette humiliation s'ajoute la persécution quand ce peuple refuse d'être humilié. 4. Si la persécution ne suffit pas à écraser l'énergie de ce peuple, elle peut se poursuivre en génocide...
La nostalgie de la liberté disparue est d'un autre ordre...
Ce blog veut témoigner pour Chypre. Il se composera d'articles glanés ci et là sur le web soit en français soit que j'aurais traduits et particulièrement de traductions du merveilleux Blog, si passionné et si riche de NOCTOC. qui m'a permis de transcrire ses textes . Puissent les lecteurs francophones en prendre connaissance !
____________________________________________

Mariage "pour l'emploi"...




[...] Chypre ces dernières années a vu un afflux de travailleurs étrangers. Parmi eux, le seul groupe inquiétant est celui des travailleurs de sexe masculin qui viennent de pays islamiques. Après que leur permis de travail est arrivé à expiration, comme ils ne souhaitent ni  retourner au chômage ni retrouver les conditions de pauvre rémunération dans leur propre pays, ils développent des relations « romantiques » avec une fille chypriote sans méfiance. En temps voulu, l’homme arabe accepte le baptême et le mariage dans l’Église  orthodoxe et reçoit ainsi son titre de séjour. Bien sûr, ils peuvent obtenir leur permis avec un mariage civil, cependant la plupart des Chypriotes, en restant fidèles à leur éducation dans l'Église, ne reconnaissent pas le mariage civil, mais le considèrent comme quelque chose d’équivalent à un engagement de fiançailles. Ce n'est pas notre intention de généraliser car  des cas isolés existent où l’entrée dans l'Église orthodoxe se fait par conviction. Le groupe que l’Église  trouve le plus troublant est celui des gens qui, après avoir accumulé leur épargne, retournent dans leur pays d'origine, abandonnant femme et parfois enfants. Une fois dans leur pays et par peur de perdre leur vie, ils n'oseraient pas faire connaître ce qu'ils ont fait pendant une courte période, à savoir renoncer à leur héritage islamique. Ils embrassent l'Islam et se remarient. Leur courte vie de chrétien a fait son temps et est très vite oubliée, tout comme l'épouse et les enfants qui ne reçoivent plus la moindre reconnaissance.[...]
extrait de "Instructions for joining Orthodox Church"
de Pater Christopher Klitou de Limassol
 traduit par Maxime Le minime

Share this post!

Bookmark and Share

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire