Nostalgie de la puissance d'un côté / Nostalgie de la liberté de l'autre...

Beaucoup de peuples sur cette terre vivent dans la nostalgie de leur gloire passée, de leur puissant empire perdu... Ces peuples généralement vantent les mérites de la pacification du territoire qu'ils avaient conquis et de la civilisation dont le monde aurait bénéficié grâce à eux. Par certains côtés les beaux restes qui subsistent de cette expansion pourraient nous faire admirer le passé des conquérants... Mais il ne faut surtout pas oublier : 1. Un peuple conquis est toujours un peuple soumis. 2.Un peuple soumis est humilié en permanence directement et indirectement. 3. A cette humiliation s'ajoute la persécution quand ce peuple refuse d'être humilié. 4. Si la persécution ne suffit pas à écraser l'énergie de ce peuple, elle peut se poursuivre en génocide...
La nostalgie de la liberté disparue est d'un autre ordre...
Ce blog veut témoigner pour Chypre. Il se composera d'articles glanés ci et là sur le web soit en français soit que j'aurais traduits et particulièrement de traductions du merveilleux Blog, si passionné et si riche de NOCTOC. qui m'a permis de transcrire ses textes . Puissent les lecteurs francophones en prendre connaissance !
____________________________________________

Fête Nationale de Chypre




1er Avril 1955 : Fête Nationale de Chypre
«ΜΑΧΟΥ ΥΠΕΡ ΠΙΣΤΕΩΣ ΚΑΙ ΠΑΤΡΙΔΟΣ»

«Combattre pour la foi et la patrie »

Ces paroles ont été prononcées par le dernier empereur de Byzance, Konstantinos Paléologos alors qu’il défendait Constantinople et l’église Sainte Sophie prise par les Ottomans en 1453. Ces paroles-là, la nation grecque les a ancrées en elle, durant 400 ans d’esclavage pendant lesquels la Grèce fut rayée de la carte, jusqu’à son soulèvement le 25 mars 1821 pour libérer une partie de la terre grecque en créant l’Etat grec. Beaucoup de régions grecques se sont unies à la Mère Patrie, la Grèce, plus tard comme le Dodécanèse, la Macédoine mais pas encore Chypre.

Chypre a été occupée pendant 800 ans. Ce n’est pas un hasard si Chypre a commencé une lutte armée, avec l’organisation E.O.K.A. (Organisation Nationale des Combattants Chypriotes), le 1er avril 1955, contre la colonisation anglaise pour la liberté de Chypre et l’Union avec la Mère Patrie, la Grèce.

Le commencement de cette lutte armée de l’EOKA fut la continuation du combat de nos ancêtres du 25 mars 1821 pour libérer le reste de la terre grecque.


Quelques dates historiques avant d’arriver au 1er avril 1955 :

• 1821 : soulèvement du peuple grec. Beaucoup de Chypriotes se sont rendus en Grèce et ont combattu aux côtés des Grecs contre l’Empire ottoman ; 

• 9 juillet 1821 : pendaison de l’archevêque Kyprianou à Nicosie par les occupants turcs ; 
• 6 décembre 1821 : signature par les Chypriotes grecs à Rome de la 1ère proclamation « ENOSIS », union avec la Grèce ;

• 1828 : création de l’Etat grec. 
• 1878 : la Turquie laisse aux Anglais l’île de Chypre. Dès le début, les Chypriotes ont demandé aux Anglais de les unir à la Grèce comme ils l’avaient fait pour les îles ioniennes.
• 1912 - 1922 : des Chypriotes grecs volontaires dans l’armée grecque. 15 000 Chypriotes grecs se sont engagés dans l’armée britannique, au cours de la 1ère guerre mondiale, à condition d’être unis par la suite à la Grèce, ce qui ne s’est pas fait.
• Octobre 1931 : soulèvement du peuple chypriote contre l’administration anglaise pour l’union avec la Grèce.
• Deuxième guerre mondiale : la Grèce s’est alliée avec les Anglais. Des Chypriotes grecs ont combattu aux côtés de la Grèce et d’autres ont été volontaires dans l’armée britannique du fait que Chypre était une colonie anglaise avec la promesse d’appartenir ensuite à la Grèce. Mais, ce n’était qu’une promesse !
• 15 janvier 1950 : les Anglais, n’ayant pas tenu leur promesse, les Chypriotes proposent un référendum : “Union avec la Grèce ou non”. 96% ont voté pour l’union avec la Grèce. Les 4% restant travaillaient pour l’administration anglaise qui les a empêchés de voter positivement.
• 20 octobre 1950 : après le décès de l’archevêque Makarios, le trône de l’Archevêché est confié à Makarios III. Après bien des discours auprès des Nations Unies, des Etats-Unis et de la Grande Bretagne qui n’aboutissent pas, Makarios III décide d’organiser la lutte armée.
• 7 mars 1953 : Makarios se rend à Athènes avec quelques Chypriotes et réussit à convaincre un officier de l’armée grecque (d’origine chypriote grecque), Georgios Grivas, de diriger l’EOKA. Georgios Grivas accepte et se rend secrètement à Chypre, plusieurs fois, pour préparer le terrain et les partisans, en amenant des armes de Grèce et en les fabriquant aussi sur place.
• Nuit du 31 mars et à l’aube du 1er avril 1955 : quand tout fut prêt, avec la bénédiction de Makarios, l’aide de la Grèce et celle du tout puissant, l’EOKA, sous la direction de Georgios Grivas, provoqua plusieurs explosions simultanées dans toutes les grandes villes contre les bâtiments officiels anglais. Chypre revécut alors les Thermopyles, le Souli, l’Arkadi, le Kounghi… à l’image de nos ancêtres et commença alors la lutte sacrée pour la liberté et l’union avec la Grèce.
• 1955 à 1959 : durée de la lutte du peuple chypriote et de l’EOKA. Ils ont réussi à battre la Grande Bretagne et son armée moderne.
• 1960 : les Anglais quittent l’île et Chypre devient une République avec, pour 1er Président, l’Archevêque Makarios III.
Les partisans de l’EOKA, malgré leur lutte pour l’union avec la Grèce, n’ont pas pu obtenir l’ENOSIS (Union). Chypre est devenue une République indépendante mais libre grâce à l’EOKA. De jeunes Chypriotes se sont battus et sont morts pour l’Union. A suivi l’indépendance. 

En 1974, Chypre est envahie par la Turquie à 40%.

On risque d’aller vers un partage de l’île et, peut-être qu’un jour, les Turcs diront que Chypre leur appartient.
Le 1er avril, la Fête Nationale à Chypre honore les héros de l’E.O.K.A et les Chypriotes renouvellent le serment pour la liberté de leur île.


Share this post!

Bookmark and Share

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire