Nostalgie de la puissance d'un côté / Nostalgie de la liberté de l'autre...

Beaucoup de peuples sur cette terre vivent dans la nostalgie de leur gloire passée, de leur puissant empire perdu... Ces peuples généralement vantent les mérites de la pacification du territoire qu'ils avaient conquis et de la civilisation dont le monde aurait bénéficié grâce à eux. Par certains côtés les beaux restes qui subsistent de cette expansion pourraient nous faire admirer le passé des conquérants... Mais il ne faut surtout pas oublier : 1. Un peuple conquis est toujours un peuple soumis. 2.Un peuple soumis est humilié en permanence directement et indirectement. 3. A cette humiliation s'ajoute la persécution quand ce peuple refuse d'être humilié. 4. Si la persécution ne suffit pas à écraser l'énergie de ce peuple, elle peut se poursuivre en génocide...
La nostalgie de la liberté disparue est d'un autre ordre...
Ce blog veut témoigner pour Chypre. Il se composera d'articles glanés ci et là sur le web soit en français soit que j'aurais traduits et particulièrement de traductions du merveilleux Blog, si passionné et si riche de NOCTOC. qui m'a permis de transcrire ses textes . Puissent les lecteurs francophones en prendre connaissance !
____________________________________________
L'état a raison d'écouter l'Église
Les opinions exprimées dans votre rubrique Opinion (Cyprus Mail du samedi 2 Novembre) concernant l'Eglise et les projets de lois civiles n’apparaissent pas comme des opinions très recevables d’un point de vue rationnel. Il est à juste titre déclaré que la République de Chypre est un Etat laïc. L’opinion ne parvient pas à admettre, cependant, qu'il existe une sorte de lien entre les responsabilités des élus et les souhaits de la population qu'ils représentent, dont la majorité se trouvent être membres de l'Eglise orthodoxe grecque de Chypre. 
 L'Eglise de Chypre est extrêmement préoccupée par toutes les questions concernant la vie et la mort de ses fidèles. Son intérêt est de voir que les membres de son troupeau restent toujours aussi étroitement liés à Dieu qu’il est humainement possible. Cette responsabilité vis-à-vis des fidèles inclut une préoccupation sur ce qui en adviendra du corps de la personne après la mort, de sorte que le corps soit pris en charge conformément aux pratiques de l'Eglise orthodoxe. Quand il existe des projets de lois qui peuvent influer sur les pratiques de l' Eglise, il n'est pas déraisonnable de penser que l'Église cherche à exprimer ses préoccupations, et il n'est pas déraisonnable de penser que les représentants du peuple sollicitent les vues de l'Église en la matière alors qu'ils élaborent des lois particulières.
 Il ne s’agit pas de donner à l'Église le dernier mot en la matière, mais d'entendre son point de vue. Par exemple, il a été rapporté par le Cyprus Mail qu’un projet de  loi précédent requerrait des prêtres pour assurer des offices de pompes funèbres indépendamment de savoir si ce serait pour l'inhumation ou la crémation. 
Cela aurait été une mauvaise loi. Elle aurait forcé l'Église à défier ouvertement les lois de l'État, puisque il est interdit aux prêtres orthodoxes de célébrer des offices funéraires pour les personnes qui doivent être incinérées. On peut aussi voir cela comme une pratique raisonnable de l'État, puisque l'État après avoir entendu les points de vue de l'Église peut alors faire en sorte que des lois existent qui pourraient mieux protéger les souhaits de ses citoyens en la matière. Ces avantages peuvent être vus dans le fait que l'incarnation actuelle de cette loi en ce qui concerne la crémation nécessite l’autorisation écrite expresse de la personne décédée pour être incinéré après sa mort. La famille ne peut donc pas aller à l'encontre des souhaits de la personne, et donc les priver d'un enterrement orthodoxe, simplement parce qu'ils veulent économiser de l’argent. 
Tout comme il ne serait pas déraisonnable pour un Etat laïque d’inviter les journalistes et les éditeurs à exprimer leurs points de vue quand il a été élaboré des lois concernant les procès en diffamation, la censure, ou toute autre question qui pourrait entraver les médias pour exercer leurs fonctions. On ne peut pas considérer que la République de Chypre est déraisonnable, ni qu’elle se soumet simplement au clergé chaque fois qu'elle cherche à entendre le point de vue de l'Eglise sur les questions qui sont aussi pour l'Eglise d'un intérêt vital. En fait, les représentants agissent de façon tout à fait raisonnable . 
Nichalas, prêtre de l'Eglise orthodoxe grecque d'Amérique vivant à Chypre
(version en français par Maxime le minime de la source)

Share this post!

Bookmark and Share

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire