Nostalgie de la puissance d'un côté / Nostalgie de la liberté de l'autre...

Beaucoup de peuples sur cette terre vivent dans la nostalgie de leur gloire passée, de leur puissant empire perdu... Ces peuples généralement vantent les mérites de la pacification du territoire qu'ils avaient conquis et de la civilisation dont le monde aurait bénéficié grâce à eux. Par certains côtés les beaux restes qui subsistent de cette expansion pourraient nous faire admirer le passé des conquérants... Mais il ne faut surtout pas oublier : 1. Un peuple conquis est toujours un peuple soumis. 2.Un peuple soumis est humilié en permanence directement et indirectement. 3. A cette humiliation s'ajoute la persécution quand ce peuple refuse d'être humilié. 4. Si la persécution ne suffit pas à écraser l'énergie de ce peuple, elle peut se poursuivre en génocide...
La nostalgie de la liberté disparue est d'un autre ordre...
Ce blog veut témoigner pour Chypre. Il se composera d'articles glanés ci et là sur le web soit en français soit que j'aurais traduits et particulièrement de traductions du merveilleux Blog, si passionné et si riche de NOCTOC. qui m'a permis de transcrire ses textes . Puissent les lecteurs francophones en prendre connaissance !
____________________________________________

Une nouvelle charte fondamentale de l’Eglise chypriote

sur ORTHODOXIE.COM




Le 13 septembre, le Saint-Synode de l’Eglise de Chypre s’est réuni en séance solennelle, en présence notamment des présidents des trois pouvoirs, exécutif, législatif et judiciaire, afin d’entériner officiellement la nouvelle charte fondamentale de l’Eglise qui prévoit un nombre de réformes importantes destinées à « répondre aux exigences du temps présent et à remédier aux faiblesses de la charte précédente afin que soit préservé le lien étroit qui unit les responsables de l’Eglise et le peuple ». Durant cette séance, le président de la République chypriote, Dimitris Christophias, a notamment insisté sur les points suivants : « l’Eglise, en tant qu’institution, appartient à tous », « les prêtres et les hiérarques sont des serviteurs qui ont entrepris la tâche importante de transmettre les enseignements du Christ, de notre religion, aux simples hommes afin qu’ils deviennent à Son image et à Sa ressemblance (…) L’enseignement du Christ s’adresse aux simples hommes et au salut de leur âme et pas seulement ».

Voici les principales nouveautés de la nouvelle charte :

•1. Création de 13 évêchés, ce qui permet à l’Eglise de Chypre de disposer d’un synode complet d’Eglise autocéphale avec 17 évêques ; elle ne sera donc plus obligée de s’adresser à d’autres Eglises afin de résoudre des problèmes internes.

•2. Établissement de trois évêchés régionaux, conformément à une pratique ancienne de l’Eglise de Chypre, auxquels l’archevêque et les métropolites délégueront des pouvoirs administratifs et pastoraux.

•3.Modification du mode d’élection de l’archevêque et des métropolites : désormais, conformément aux saints canons, le peuple désignera tout membre du clergé remplissant les conditions et le Saint-Synode fera son choix, via un vote secret, parmi les trois candidats qui auront remporté le plus grand nombre de voix. D’autre part, un archevêque ou un métropolite se trouvant dans l’incapacité médicale d’exercer ses fonctions, pourra être démis si les trois-quarts des membres du Saint-Synode en décident ainsi.

•4. Cession provisoire de quatre paroisses situées dans les faubourgs de Nicosie à la métropole de Cyrénie (qui se trouve en territoire occupé), afin que le métropolite puisse exercer ses fonctions de pasteur.

•5. Création d’un tribunal ecclésiastique et reconnaissance du droit de l’accusé à avoir un avocat ainsi que du droit d’un évêque qui, par exemple, a été condamné à la réduction à l’état laïc, à faire appel au Patriarcat œcuménique de Constantinople conformément aux saints canons.

•6. Mariage : la nouvelle charte reconnaît le mariage civil et étend à 25 années la différence d’âge autorisée entre les futurs partenaires. Concernant la dissolution des liens du mariage, la charte a ajouté une séparation de fait de quatre années comme cause de divorce (à l’instar de la législation relative au mariage civil), mais la non-reconnaissance du droit de l’Etat d’annuler un sacrement reste en vigueur.

Est entérinée la création d’une caisse unique, à laquelle contribuent l’archevêché, les métropoles, les églises et les monastères stavropégiaques, destinée à garantir le versement de leurs salaires aux prêtres de paroisse indépendamment de la province ecclésiastique dans laquelle ils exercent leurs fonctions.

Share this post!

Bookmark and Share

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire