Nostalgie de la puissance d'un côté / Nostalgie de la liberté de l'autre...

Beaucoup de peuples sur cette terre vivent dans la nostalgie de leur gloire passée, de leur puissant empire perdu... Ces peuples généralement vantent les mérites de la pacification du territoire qu'ils avaient conquis et de la civilisation dont le monde aurait bénéficié grâce à eux. Par certains côtés les beaux restes qui subsistent de cette expansion pourraient nous faire admirer le passé des conquérants... Mais il ne faut surtout pas oublier : 1. Un peuple conquis est toujours un peuple soumis. 2.Un peuple soumis est humilié en permanence directement et indirectement. 3. A cette humiliation s'ajoute la persécution quand ce peuple refuse d'être humilié. 4. Si la persécution ne suffit pas à écraser l'énergie de ce peuple, elle peut se poursuivre en génocide...
La nostalgie de la liberté disparue est d'un autre ordre...
Ce blog veut témoigner pour Chypre. Il se composera d'articles glanés ci et là sur le web soit en français soit que j'aurais traduits et particulièrement de traductions du merveilleux Blog, si passionné et si riche de NOCTOC. qui m'a permis de transcrire ses textes . Puissent les lecteurs francophones en prendre connaissance !
____________________________________________

Les dessous de la crise à Chypre

Les dessous de la crise à Chypre : une fourmi entre deux éléphants


Triarchos Triarchou, correspondant à Nicosie (Chypre)
Jeudi 28 Mars 2013


Chypre pourrait-elle devenir le prochain pays européen à se soumettre à l’austérité imposée par la Troïka ? C’est la question que l’on est en droit de se poser face aux 10 milliards d’euros nécessaires au pays pour sauver son économie, un plan de sauvetage récemment rejeté par le Parlement chypriote.


@REUTERS/Yannis Behrakis
@REUTERS/Yannis Behrakis
Depuis un peu plus d’une semaine, Chypre, petit Etat membre de la zone euro, est en train de vivre la situation la plus difficile de son histoire depuis l’invasion turque de 1974. Dans la nuit du vendredi 15 mars dernier, l’eurogroupe a décidé de mettre en œuvre un plan de sauvetage de l’économie du pays à hauteur de 10 milliards d’euros. Or, ce plan avait pour condition l'établissement d'un plan purement chypriote pour obtenir 6 milliards d'euros en plus. Nicosie a proposé des mesures de confiscation sur les dépôts bancaires d’un pourcentage variable selon le montant du dépôt et une augmentation des impôts des entreprises de 10% à 12,5%.

La première réaction du peuple chypriote face à cette décision qualifiée d’autoritaire, a été de mettre la pression sur les partis politiques et le gouvernement pour ne pas adopter cette solution. Les Chypriotes ont refusé d’accepter ce plan parce qu’ils considéraient que ces mesures auraient détruit le modèle économique sur lequel Chypre avait fondé sa croissance : les services financiers et le tourisme. La mise en place de ces mesures aurait chassé les investisseurs étrangers hors du pays et créé une incertitude fatale pour l’économie. 

Mais le Parlement a rejeté le dit-plan et le gouvernement chypriote a cherché un plan B à proposer à la Troïka (Banque centrale européenne, Commission européenne, Fonds monétaire international).

Europe : la concurrence fiscale en cause

Comment Chypre est-il arrivé à ce point ? Pour répondre à cette question, il faut revenir sur les changements économiques des dix dernières années. Chypre a en effet émergé comme centre financier où un certain nombre de milliardaires, majoritairement russes, ont transféré la base de leur activité entrepreneuriale pour bénéficier des avantages du système. De ce fait, 40% des épargnes appartiennent à des citoyens étrangers ne vivant pas sur le territoire. Les deux plus grandes banques chypriotes ont un chiffre d’affaires combiné égal à trois fois le PIB du pays.

De plus, la décision prise l’année dernière de couper la dette grecque a fait perdre 5,8 milliards d’euros aux deux plus grandes banques chypriotes. Leur dette s’est accumulée en même temps que la dette du pays, qui s’élevait à 2,5 milliards d’euros, pour un total d’environ 17,5 milliards d’euros. Quand on considère que l’UE a déboursé plus de 90 milliards d’euros pour sauver une seule banque espagnole, ce montant paraît relativement peu élevé. Le plan pour sauver l’économie chypriote représente seulement 0,2% des économies des pays de la zone euro.

Or, l’Allemagne accuse Chypre d’être un paradis fiscal, d’avoir un secteur bancaire trop important et de faire du blanchiment d’argent russe. La réalité est que Chypre a les mêmes taux de taxes sur les entreprises que Malte. Luxembourg a proportionnellement un secteur bancaire plus grand et l’Allemagne est autant impliquée que Chypre dans le blanchiment d’argent conformément à des publications provenant de l’Allemagne elle-même.

Sauver l’économie ou les apparences ?

Alors, si le problème ne vient pas vraiment de la somme nécessaire au « sauvetage », négligeable en comparaison de celle donnée pour sauver l’économie de la Grèce, l’Irlande et l’Espagne, que se cache-t-il derrière les motivations allemandes ? Pourquoi réclament-ils des mesures qui vont probablement porter un coup fatal à l’économie d’un petit pays qui est pourtant un partenaire européen ? Pourquoi créer une telle incertitude dans le monde en touchant aux épargnes, considérées comme la vache sacrée du capitalisme ?

La réponse est double. D’une part, Chypre leur sert de cobaye pour pouvoir ensuite imposer des taxes sur les dépôts bancaires dans d’autres pays d’Europe. Si ces mesures sont adoptées à Chypre, elles pourraient touchées les épargnants espagnols et portugais par la suite. D’après un sondage réalisé par l’Ifop pour Sud-Ouest Dimanche, quatre Français sur dix pensent qu’une taxe pourrait toucher leurs comptes bancaires.

D’autre part, Chypre se présente comme une solution à la dépendance de l’Europe envers la Russie pour l’énergie. En effet, la carte géopolitique change et les enjeux se trouvent dans le contrôle des ressources d’énergie. Récemment, des réserves de gaz naturel et de pétrole d’une valeur estimée à un trillion (soit un milliard de milliards) d’euros ont été découvertes dans la zone économique exclusive de Chypre. La confiscation des dépôts bancaires à Chypre viserait ainsi à dégrader sa relation avec la Russie, pour éviter la création d’une co-exploitation qui pourrait laisser l’Europe hors des bénéfices.

Cette situation nous rappelle l’époque de la guerre froide où deux éléphants se battaient. Cette fois-ci, une fourmi se trouve au milieu et résiste pour ne pas qu’on lui marche dessus !


Notez



Share this post!

Bookmark and Share

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire