Nostalgie de la puissance d'un côté / Nostalgie de la liberté de l'autre...

Beaucoup de peuples sur cette terre vivent dans la nostalgie de leur gloire passée, de leur puissant empire perdu... Ces peuples généralement vantent les mérites de la pacification du territoire qu'ils avaient conquis et de la civilisation dont le monde aurait bénéficié grâce à eux. Par certains côtés les beaux restes qui subsistent de cette expansion pourraient nous faire admirer le passé des conquérants... Mais il ne faut surtout pas oublier : 1. Un peuple conquis est toujours un peuple soumis. 2.Un peuple soumis est humilié en permanence directement et indirectement. 3. A cette humiliation s'ajoute la persécution quand ce peuple refuse d'être humilié. 4. Si la persécution ne suffit pas à écraser l'énergie de ce peuple, elle peut se poursuivre en génocide...
La nostalgie de la liberté disparue est d'un autre ordre...
Ce blog veut témoigner pour Chypre. Il se composera d'articles glanés ci et là sur le web soit en français soit que j'aurais traduits et particulièrement de traductions du merveilleux Blog, si passionné et si riche de NOCTOC. qui m'a permis de transcrire ses textes . Puissent les lecteurs francophones en prendre connaissance !
____________________________________________

La NATIVITE dans l'art pictural byzantin chypriote



La représentation de la manifestation suprême de l'Incarnation du Christ est une des scènes les plus communes dans les peintures des églises orthodoxes à travers le monde. La nativité byzantine est représentée non seulement dans les mosaïques murales, peintures murales, des icônes portatives et peints à la main miniatures , mais aussi dans d'autres formes d'art en dehors de la peinture, telles que la broderie d'or, de l'argenterie et des sculptures en bois, dans lequel le message de Noël est véhiculée par des moyens différents, mais sans la quantité de détails rendue possible par la palette du peintre.


« La Vierge aujourd'hui met au monde l'Eternel,
et la terre offre une grotte à l'Inaccessible.
Les anges et les pasteurs Le louent,
et les mages avec l'étoile s'avancent,
car Tu es né pour nous, petit enfant, Dieu éternel. »


Avec ces mots, le cantique de Noël décrit le divin avènement. L’ensemble de la création se rassemble autour de la crèche du Fils de Dieu afin de prendre part au sacrement de la Nativité. Les créatures de Dieu en extase se prosternent et font des offrandes de dévotion: «Les anges offrent un hymne, le ciel l'étoile de Bethléem, les mages apportent des cadeaux, les bergers, le miracle, la Terre la grotte, le désert la crèche, et notre don est la Vierge Mère ". A tout cela peuvent également être ajoutés des représentants du règne animal et végétal.



Au centre de la représentation, en face d'un paysage rocheux, se trouve la grotte avec la Toute Sainte sur un lit et l'Enfant Jésus à ses côtés, dans ses langes. A l’extérieur de la grotte, se déroulent diverses scènes. Les bergers reçoivent la bonne nouvelle des anges. Balthazar, Melchior et Gaspard, les trois rois sages de l'Orient, guidés par l'étoile, sont venus à la mangeoire, afin d'offrir leurs dons précieux : l'or, l'encens et la myrrhe au divin enfant nouveau-né.


 Dans les parties inférieures de l'image de la Nativité sont encore représentées deux autres scènes de la Sainte Tradition orthodoxe. Sur la gauche, on peut voir Joseph assis, absorbé profondément en extase, méditant sur la naissance immaculée du Fils de Dieu. Sur la droite, est représentée la scène du premier bain pris par l'enfant Jésus.



La position de la Toute Sainte varie selon les perceptions du dogme orthodoxe. Elle est parfois représentée assise à proximité de la mangeoire, parfois à genoux et, plus rarement, allaitant l’enfant.





La position assise implique qu'elle n'a pas subi les affres de l'accouchement, soulignant la divine venue au monde du Christ à travers sa Mère Vierge. La représentation de la Vierge Marie dans la scène de la Nativité à l'église de la Toute Sainte nous en offre un exemple dans le village de Moutoullas.




La plupart des peintures représentent cependant la sainte Vierge posée sur un lit de paille dans une position allongée, afin de montrer la nature humaine du Christ et l'incarnation du divin, ainsi que la réalité de l'événement.



La représentation d'événements mettant en jeu des personnes non divines autour du thème central de Marie et de l'Enfant Jésus a permis aux artistes de créer des scènes charmantes principalement bucolique, et de présenter, dans un style réaliste, des moments de la vie quotidienne.
Par ces représentations de la Nativité, il est possible de suivre le cours de l'art pictural byzantin, en particulier dans Chypre. Duranr le 11e et le 12e siècles, Constantinople a montré beaucoup d'intérêt pour Chypre, et les relations entre les deux étaient étroites. Empereurs et fonctionnaires de haut rang ont créé des monastères et parrainé la construction d'églises avec leurs fresques intérieures. Des peintres de Constantinople sont venus à Chypre pour peindre les murs des églises et des monastères. L’église de la Panagia d’Arakos, peinte en 1192, est une d’elles, y est conservée intacte la plus ancienne fresque de la Nativité à Chypre. L’ancienne tradition des Comnènes a survécu à Chypre même après l'occupation de l'île par les croisés en 1191.
(version française de Maxime Le minime d'après Noctoc)

Share this post!

Bookmark and Share

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire