Nostalgie de la puissance d'un côté / Nostalgie de la liberté de l'autre...

Beaucoup de peuples sur cette terre vivent dans la nostalgie de leur gloire passée, de leur puissant empire perdu... Ces peuples généralement vantent les mérites de la pacification du territoire qu'ils avaient conquis et de la civilisation dont le monde aurait bénéficié grâce à eux. Par certains côtés les beaux restes qui subsistent de cette expansion pourraient nous faire admirer le passé des conquérants... Mais il ne faut surtout pas oublier : 1. Un peuple conquis est toujours un peuple soumis. 2.Un peuple soumis est humilié en permanence directement et indirectement. 3. A cette humiliation s'ajoute la persécution quand ce peuple refuse d'être humilié. 4. Si la persécution ne suffit pas à écraser l'énergie de ce peuple, elle peut se poursuivre en génocide...
La nostalgie de la liberté disparue est d'un autre ordre...
Ce blog veut témoigner pour Chypre. Il se composera d'articles glanés ci et là sur le web soit en français soit que j'aurais traduits et particulièrement de traductions du merveilleux Blog, si passionné et si riche de NOCTOC. qui m'a permis de transcrire ses textes . Puissent les lecteurs francophones en prendre connaissance !
____________________________________________

Européens et Turcs : trois mille ans d'opposition

  


"Durant tout le premier millénaire avant notre ère, la poussée constante vers l'Ouest (de la Mandchourie septentrionale au lac Balkhach) des populations brachycéphales, proto-turques et proto mongoles, contribue au glissement des populations dolichocéphales indo-européennes vers l'Europe centrale et occidentale. De ce premier choc turco européen, racial bien avant d'être religieux, résulte, pour des siècles, l'établissement de la carte des peuples d'Eurasie. Jusqu'au moment où de nouveaux Turcs, les Huns, installés dans la région de la basse Volga, entament leur marche vers l'Ouest. Passant le Don et le Dniepr, ils attaquent les Germains et provoquent le reflux de ceux-ci en direction des territoires romanisés de l'Ouest. L'hiver 451, Attila pénètre l'Empire romain à hauteur de Mayence. Partout en Gaule, des saints chrétiens naissent sous les pieds des cavaliers huns. La politique de destruction massive de ces hordes sorties des steppes restera gravée dans la mémoire du christianisme franc. Puis, surgit l'islam...."



Lire la suite de cet article passionnant et lumineux
du spécialiste de renommée internationale de Géopolitique
Aymeric Chauprade
>>ICI<<

Share this post!

Bookmark and Share

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire