Nostalgie de la puissance d'un côté / Nostalgie de la liberté de l'autre...

Beaucoup de peuples sur cette terre vivent dans la nostalgie de leur gloire passée, de leur puissant empire perdu... Ces peuples généralement vantent les mérites de la pacification du territoire qu'ils avaient conquis et de la civilisation dont le monde aurait bénéficié grâce à eux. Par certains côtés les beaux restes qui subsistent de cette expansion pourraient nous faire admirer le passé des conquérants... Mais il ne faut surtout pas oublier : 1. Un peuple conquis est toujours un peuple soumis. 2.Un peuple soumis est humilié en permanence directement et indirectement. 3. A cette humiliation s'ajoute la persécution quand ce peuple refuse d'être humilié. 4. Si la persécution ne suffit pas à écraser l'énergie de ce peuple, elle peut se poursuivre en génocide...
La nostalgie de la liberté disparue est d'un autre ordre...
Ce blog veut témoigner pour Chypre. Il se composera d'articles glanés ci et là sur le web soit en français soit que j'aurais traduits et particulièrement de traductions du merveilleux Blog, si passionné et si riche de NOCTOC. qui m'a permis de transcrire ses textes . Puissent les lecteurs francophones en prendre connaissance !
____________________________________________

Le Monastère de Saint Panteleimon à Myrtou (Kyrenia) en territoire occupé


Le village de Myrtou de la province de Kyrenia est situé à 28 km au sud de la ville de Kyrenia. Le village est célèbre pour le monastère de Saint Panteleimon le Guérisseur où chaque année le 27 Juillet, il était visité par des milliers de pèlerins venus de tous les coins de Chypre. Jusqu'en 1917, le monastère fut le siège de l'évêque de Kyrenia. Le monastère a été fondé vers 1735 date à laquelle il a été visité par le moine voyageur russe Vassili Barski. L'abbatiale a deux ailes voûtées, mais elle n'a plus de fresques malheureusement car elles ont été détruites en 1821.


Le clocher est massif et imposant, tandis que l’iconostase dorée de l'église qui a été a été faite en 1743 était ornée d'icônes byzantines. De ces icônes se distinguaient deux icônes de Saint-Panteleimon, une qui était recouverte d’argent et qui était toujours remplie d’ex-votos à Saint Panteleimon, et l'autre qui représentait Saint Panteleimon avec l'évêque de Kyrenia Chrysanthos agenouillé à sa gauche. Grâce à cette icône, nous trouvons des renseignements sur la rénovation de l'Église qui a été faite en 1770.



Saint Panteleimon le guérisseur est né à Nicomédie, en Asie Mineure, d'un père païen et d’une mère chrétienne. Il tenait sa foi en Christ de sa mère et a été baptisé par le prêtre Ermolaos de Nicomédie. Il a appris la médecine et guérit tous les malades qui ne venaient lui demander de l'aide sans demander d'argent. La guérison d'un aveugle qu’il avait effectuée fut la cause de son arrestation et de son martyre, mais il ne perdit pas sa foi en dépit de tout cela. Il fut décapité en 305.



Au 5e siècle deux moines venus d'Asie Mineure sont arrivés dans le village de Myrtou en tenant une icône de Saint-Panteleimon, dans laquelle se trouvait cachée la relique d’un doigt du Saint. L’icône et cette petite relique de Saint Panteleimon ont été la cause de nombreux miracles accomplis pour les fidèles de la région, qui en signe de dévotion, ont construit d'abord une église puis un monastère en son honneur.
Au cours de la période turque, le monastère a été rénové par l'évêque de Kyrenia. Le monastère est devenu un complexe de deux étages au sud et à l'ouest, avec des arcs en continu sur les deux étages, qui répondait aux besoins des moines et l'évêché de Kyrenia était situé dans le monastère.



Au début du siècle, le monastère abritait 10 moines, le dernier d'entre eux étant Sofronios moine Michailidis, décédé à Myrtou le 27 Juillet 1976, le jour de la fête de Saint Panteleimon.
Au cours du 19e siècle, une école grecque était en fonctionnement dans le monastère. En 1878 une école primaire avait été fondée dans le monastère qui a fonctionné jusqu'en 1920, lorsque l'évêque Chrysanthos a créé une école normale.
Une tradition locale raconte que lors du passage du village de Saint Panteleimon à Myrtou sur son cheval, il est arrivé dans un endroit ombragée de grands acacias. Il s'est arrêté là pour se reposer et chercher un peu d'eau pour boire, mais l'endroit n’avait pas d'eau. Frustré, il est remonté à cheval et s’apprêtait à repartir. Mais au moment où le cheval levait la patte de l'eau commença à couler d’une source qui apparut sous l’empreinte du pied du cheval. Le Saint est descendu et, après qu'il eut prié Dieu, il but l'eau fraîche. Le site existe jusqu'à ce jour avec l'empreinte du cheval et la source qui en a jailli.



Bien que le monastère ait toujours été petit, les miracles de Saint-Panteleimon ont agi comme des aimants pour des centaines de fidèles en provenance de Chypre et de la région environnante, surtout d’Asie Mineure. Pour cette raison, les offrandes faites au saint étaient nombreuses et d'importance.



Après l'invasion turque de Chypre en 1974, les Turcs ont utilisé le village de Myrtou comme base militaire et le monastère de Saint-Panteleimon a été transformé en caserne militaire pour les occupants turcs. Outre la profanation du lieu saint, outre le vol et la destruction des icônes, des croix, des veilleuses, des Évangiles et d’autres éléments de l’église, les Turcs ont ravagé les bâtiments du monastère qui a été abandonné par l'armée turque il y a quelques années quand il menaçait d'effondrement. Aujourd'hui, le monastère de Saint-Panteleimon est menacé de ruine alors qu'il était en excellent état avant 1974.

Share this post!

Bookmark and Share

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire