Nostalgie de la puissance d'un côté / Nostalgie de la liberté de l'autre...

Beaucoup de peuples sur cette terre vivent dans la nostalgie de leur gloire passée, de leur puissant empire perdu... Ces peuples généralement vantent les mérites de la pacification du territoire qu'ils avaient conquis et de la civilisation dont le monde aurait bénéficié grâce à eux. Par certains côtés les beaux restes qui subsistent de cette expansion pourraient nous faire admirer le passé des conquérants... Mais il ne faut surtout pas oublier : 1. Un peuple conquis est toujours un peuple soumis. 2.Un peuple soumis est humilié en permanence directement et indirectement. 3. A cette humiliation s'ajoute la persécution quand ce peuple refuse d'être humilié. 4. Si la persécution ne suffit pas à écraser l'énergie de ce peuple, elle peut se poursuivre en génocide...
La nostalgie de la liberté disparue est d'un autre ordre...
Ce blog veut témoigner pour Chypre. Il se composera d'articles glanés ci et là sur le web soit en français soit que j'aurais traduits et particulièrement de traductions du merveilleux Blog, si passionné et si riche de NOCTOC. qui m'a permis de transcrire ses textes . Puissent les lecteurs francophones en prendre connaissance !
____________________________________________

Monastère St SPYRIDON de Tremetousia dans la zone occupée de la province de Larnaca

 



Saint Spyridon, le saint patron de Corfou, est né vers l’an 270 dans le village d’Assia dans le district de Famagouste à Chypre. Ses parents étaient de pauvres bergers, il ne put donc recevoir beaucoup d'instruction. Toutefois, il fit en sorte d'apprendre ce que Dieu demande à une personne et ce que devrait faire l'homme pour sauver son âme. Chaque dimanche, il allait à l'église à la Divine Liturgie, il priait Dieu et aidait ceux qui avaient besoin de lui. Devenu grand, il épousa une femme vertueuse, eut des enfants, et quand il eut soudainement perdu sa femme encore jeune, il fut ordonné prêtre.
Il fut toujours contre l'amour de l'argent, il était sage, tranquille, calme et accueillant. Il avait la grâce divine en lui et fait beaucoup de miracles. Il guérissait les différentes maladies, donnait la vue aux aveugles et délivrait les gens des esprits mauvais. Plus tard, lorsque le trône épiscopal de Tremithus (Trimythus) est devenu vacant, et à la demande de la population, Spyridon devint évêque de Tremithus.
Après sa mort, le 12 Décembre 348 AD, une église a été construite en son honneur dans Tremithus, la ville où il a vécu et a guidé le peuple de Dieu pendant de nombreuses années. Tremithus était le nom du village actuel de Tremetousia dans la zone occupée de la province de Larnaca, à Chypre. Avec le temps, une communauté monastique s'est développée autour de l'église, mais malheureusement l'histoire des débuts du monastère est inconnue. Le Russe Vassili Barski moine voyageur qui a visité le monastère en 1735, parle «d'une magnifique église en pierre, pas petite, un abbé et un hiéromoine y étaient attachés et ils avaient commencé à accueillir des moines, ainsi fut créé le monastère. "
Le monastère se compose de cinq salles d'un côté et trois de l'autre. La première, exposée plein sud, a été le monastère principal, la seconde au nord, servait d'écurie et de grange. Le monastère est une structure à deux ailes. Selon une inscription figurant au milieu des trois arcs qui relient les deux nefs de l'église, l'église du monastère a été construite sur les ruines d'une église paléochrétienne. L'église a été rénovée avec l'aide de tous les chrétiens de Chypre sous l'archevêque Filotheos, en 1738. Elle avait une importante iconostase avec des icônes datant du 16ème siècle, qui ont été enlevés par les Turcs, après leur invasion de l'île en 1974.
Le monastère a également fonctionné comme un centre d'art byzantin et post-byzantin dans lequel des manuscrits anciens et rares ont été soigneusement conservés. Après l'invasion turque de 1974, plus de 150 icônes byzantines ont disparu, avec des manuscrits inestimables.

Avant l'invasion turque, des milliers de pèlerins avaient l’habitude de se rendre au monastère où une grande fête avait lieu, chaque année le jour de la fête du saint, le 12 Décembre. Aujourd'hui, le monastère de Saint-Spyridon dans la partie occupée Tremetousia a été transformé en caserne de l'armée turque et pour cette raison, il n'y a aucune photo récente du monastère, car c’est devenu un espace militaire.Saint Spyridon, le saint patron de Corfou, est né vers l’an 270 dans le village d’Assia dans le district de Famagouste à Chypre. Ses parents étaient de pauvres bergers, il ne put donc recevoir beaucoup d'instruction. Toutefois, il fit en sorte d'apprendre ce que Dieu demande à une personne et ce que devrait faire l'homme pour sauver son âme. Chaque dimanche, il allait à l'église à la Divine Liturgie, il priait Dieu et aidait ceux qui avaient besoin de lui. Devenu grand, il épousa une femme vertueuse, eut des enfants, et quand il eut soudainement perdu sa femme encore jeune, il fut ordonné prêtre.
Il fut toujours contre l'amour de l'argent, il était sage, tranquille, calme et accueillant. Il avait la grâce divine en lui et fait beaucoup de miracles. Il guérissait les différentes maladies, donnait la vue aux aveugles et délivrait les gens des esprits mauvais. Plus tard, lorsque le trône épiscopal de Tremithus (Trimythus) est devenu vacant, et à la demande de la population, Spyridon devint évêque de Tremithus.
Après sa mort, le 12 Décembre 348 AD, une église a été construite en son honneur dans Tremithus, la ville où il a vécu et a guidé le peuple de Dieu pendant de nombreuses années. Tremithus était le nom du village actuel de Tremetousia dans la zone occupée de la province de Larnaca, à Chypre. Avec le temps, une communauté monastique s'est développée autour de l'église, mais malheureusement l'histoire des débuts du monastère est inconnue. Le Russe Vassili Barski moine voyageur qui a visité le monastère en 1735, parle «d'une magnifique église en pierre, pas petite, (qu ') un abbé et un hiéromoine y étaient attachés et qu’ils avaient commencé à accueillir des moines,ainsi fut créé le monastère. "
Le monastère se compose de cinq salles d'un côté et trois de l'autre. La première, exposée plein sud, a été le monastère principal, la seconde au nord, servait d'écurie et de grange. Le monastère est une structure à deux ailes. Selon une inscription figurant au milieu des trois arcs qui relient les deux nefs de l'église, l'église du monastère a été construite sur les ruines d'une église paléochrétienne. L'église a été rénovée avec l'aide de tous les chrétiens de Chypre sous l'archevêque Filotheos, en 1738. Elle avait une importante iconostase avec des icônes datant du 16ème siècle, qui ont été enlevés par les Turcs, après leur invasion de l'île en 1974.
Le monastère a également fonctionné comme un centre d'art byzantin et post-byzantin dans lequel des manuscrits anciens et rares ont été soigneusement conservés. Après l'invasion turque de 1974, plus de 150 icônes byzantines ont disparu, avec des manuscrits inestimables.
Avant l'invasion turque, des milliers de pèlerins avaient l’habitude de se rendre au monastère où une grande fête avait lieu, chaque année le jour de la fête du saint, le 12 Décembre. Aujourd'hui, le monastère de Saint-Spyridon dans la partie occupée Tremetousia a été transformé en caserne de l'armée turque et pour cette raison, il n'y a aucune photo récente du monastère, car c’est devenu un espace militaire.


Share this post!

Bookmark and Share

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire