Nostalgie de la puissance d'un côté / Nostalgie de la liberté de l'autre...

Beaucoup de peuples sur cette terre vivent dans la nostalgie de leur gloire passée, de leur puissant empire perdu... Ces peuples généralement vantent les mérites de la pacification du territoire qu'ils avaient conquis et de la civilisation dont le monde aurait bénéficié grâce à eux. Par certains côtés les beaux restes qui subsistent de cette expansion pourraient nous faire admirer le passé des conquérants... Mais il ne faut surtout pas oublier : 1. Un peuple conquis est toujours un peuple soumis. 2.Un peuple soumis est humilié en permanence directement et indirectement. 3. A cette humiliation s'ajoute la persécution quand ce peuple refuse d'être humilié. 4. Si la persécution ne suffit pas à écraser l'énergie de ce peuple, elle peut se poursuivre en génocide...
La nostalgie de la liberté disparue est d'un autre ordre...
Ce blog veut témoigner pour Chypre. Il se composera d'articles glanés ci et là sur le web soit en français soit que j'aurais traduits et particulièrement de traductions du merveilleux Blog, si passionné et si riche de NOCTOC. qui m'a permis de transcrire ses textes . Puissent les lecteurs francophones en prendre connaissance !
____________________________________________

Le monastère Antiphonitis (Agios Amvrosios, province de Kyrenia) en zone occupée


Sur le versant nord des monts Pentadaktylos à une courte distance du village d'Agios Amvrosios dans la province de Kyrenia se trouve le monastère de Antiphonitis, qui est consacré à l'archange Michel et dont l'église date du 12ème siècle. L'abbatiale est une création d'art d'architecture byzantine, unique à Chypre.



Elle est de forme octogonale et couverte d'un dôme soutenu par huit colonnes. Le dôme est une caractéristique particulière de l'église, qui a un grand diamètre et couvre une grande partie de la toiture de l'église. Au cours de la période franque un narthex et une arcade ont été ajoutés à l'église sur le côté. On pouvait y admirer de remarquables fresques datant du 12ème et 15ème siècles parmi lesquelles se distinguaient le Baptême du Christ, les deux Archanges dans l'abside de l'église, le Jugement dernier et l’arbre de Jessé. Ces fresques comme nous allons le voir ci-dessous ont malheureusement été détruites par des pillards turcs après l'invasion turque de Chypre en 1974.



Comme le monastère de Panagia Melantryna (ce qui est près du monastère de Antiphonitis), le monastère appartient au village d'Agios Amvrosios mais était utilisé pour les offices religieux par les prêtres du village de Kalograia qui en prenaient soin.




Une grande foule de fidèles avaient l’habitude de le visiter pour faire leurs dévotions à l'église du monastère les jours de la fête du monastère, le 6 Septembre (Miracle de l'archange Michel) et le 8 Novembre (Synaxe des Archanges). Le monastère a connu bien des avatars. Au cours de la période ottomane, il a failli tomber entre les mains des barbares Turcs, mais fort heureusement, il a été acheté par, un riche mécène appelé Apegito et sa femme Mariou (Maria) pour le prix de 10.500 piastres. Plus tard, en 1906, il a été vendu à un moine qui l'a transféré au monastère de Kykkos. Enfin, Kykkos l’a donné à l'évêché de Kyrenia et il est depuis sous sa responsabilité jusqu'à ce jour.



Près du monastère, il y avait une petite colonie. À la place de l'actuel monastère fut construite une église dédiée à l'archange Michel, où l’on raconte qu’un grand miracle eut lieu. Un résident de la colonie avait contracté un prêt auprès d'un Juif et laissé l'argent à sa famille avant d'émigrer dans l'espoir de trouver un emploi et de rembourser sa dette. Il avait convenu avec le Juif que s'il ne pouvait pas lui envoyer de l'argent autrement, il le mettrait dans une bouteille avec le nom du Juif écrit dessus, qu’il jetterait à la mer pour que le Juif reçoive l'argent à Chypre. Alors, quand le pauvre homme fut en mesure de collecter la somme d'argent qu'il lui devait, il la lui envoya comme convenu. Le Juif récupéra l’argent, mais il le cacha et ne donna donc à la femme du pauvre homme aucun reçu pour le remboursement. Après quelques années le père de famille pauvre retourna à Chypre. Il apprit alors que le Juif avait prétendu qu'il n'avait jamais reçu l'argent. Alors il demanda au Juif d’aller en face de l'icône de l'Archange Michel et lui demanda si le Juif avait reçu ou non l'argent. A cette question l'Archange à la grande surprise de tous répondit que, de fait, le Juif avait bien reçu l'argent et précisa même le jour qui était un vendredi. Le Juif et ceux qui étaient présents furent abasourdis et interloqués s'écrièrent : "L'Archange a répondu!".




«Ainsi l'archange Saint Michel fut nommé Antiphonitis qui, en grec signifie « qui répond ». A la même époque, le village fut déserté et sur le domaine de la petite église un monastère fut fondé sous le même nom. Au fil des ans, la version originale de ce miracle a été modifiée et l'icône du Christ a été mis à la place de l'icône de l'Archange Michel, et selon cette version plus tard, c'est le Christ qui a répondu et non l'archange Michel. Ainsi, le monastère de l'archange Michel Antiphonitis est également connu comme le monastère du Christ Antiphonitis.





Après l'occupation turque de Chypre et au cours de la période comprise entre 1975 et 1979 a commencé la destruction systématique du monastère de l'archange Michel Antiphonitis et l'enlèvement des peintures murales de l'église du monastère.



Les fresques ont été retirées du mur de l'église et ont été passées en contrebande par le trafiquant d’antiquités turc Aydin Dikmen aux marchés étrangers illicites en plus des icônes célèbres de l'église du monastère. En 1997, Chypre a remporté une grande victoire en identifiant et en récupérant les trésors volés, y compris des œuvres d'art inestimables du 6ème au 15ème siècles (peintures, icônes, mosaïques, etc.)



Ces objets ont été retrouvés à Munich, chez le pillard Aydin Dikmen qui les y avait transportées des églises de la partie occupée par la Turquie de Chypre. Aydin Dikmen a été finalement arrêté en Octobre 1997 lors d'une perquisition de la police en Allemagne, qui était depuis huit mois en contact et en coopération étroite avec les autorités de la sécurité de la République de Chypre. Dans les deux appartements possédés par Aydin Dikmen à Munich on a trouvé un certain nombre de caisses contenant des œuvres d’art chypriotes. La valeur de ces mosaïques, icônes et peintures murales datant des 6e, 12e et 15e dépassaient les 50 millions de dollars.




 Les mosaïques représentant Saint Thadeus et Saint Thomas provenaient de l'église de Kanakaria, et les peintures murales dont celles du Jugement dernier et The Joshua Tree avaient été volées dans le monastère de l'archange Michel Antiphonitis. Malheureusement, le gouvernement fédéral d'Allemagne qui est maintenant en possession de ces trésors d'art chypriotes volés a jusqu'à présent refusé d’en rendre l’intégralité à l'Eglise de Chypre qui est leur propriétaire légitime.




Avant 1974, on pouvait vénérer l'icône de la Toute Sainte de Vrefokratousa sur l'iconostase de l'église du monastère de Antiphonitis sur le côté droit de la « Belle Porte » du sanctuaire.L’icône date de la fin de du 15e siècle et représente la Mère de Dieu trônant et tenant le Christ dans sa main gauche alors qu'avec la main droite elle touche le genou du Christ. Cette icône a été volée en 1975 et s'est retrouvée dans les mains de l'infâme trafiquant d'antiquités turque Aydin Dikmen, qui l'a vendu à un courtier grec par du nom de Pervanas, qui n'était pas au courant de son origine. Aujourd'hui, l'icône a été retournée à l'Eglise de Chypre, conformément à l'application de la Convention de La Haye et du Traité de Paris de 1970.



La fresque de l’Archange Michel du 12ème siècle sur l'Arche Sainte de l'église du monastère Antifonitis avant sa destruction par les trafiquants d'antiquités turques avec la bénédiction de l'armée d'occupation turque.



Share this post!

Bookmark and Share

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire