Nostalgie de la puissance d'un côté / Nostalgie de la liberté de l'autre...

Beaucoup de peuples sur cette terre vivent dans la nostalgie de leur gloire passée, de leur puissant empire perdu... Ces peuples généralement vantent les mérites de la pacification du territoire qu'ils avaient conquis et de la civilisation dont le monde aurait bénéficié grâce à eux. Par certains côtés les beaux restes qui subsistent de cette expansion pourraient nous faire admirer le passé des conquérants... Mais il ne faut surtout pas oublier : 1. Un peuple conquis est toujours un peuple soumis. 2.Un peuple soumis est humilié en permanence directement et indirectement. 3. A cette humiliation s'ajoute la persécution quand ce peuple refuse d'être humilié. 4. Si la persécution ne suffit pas à écraser l'énergie de ce peuple, elle peut se poursuivre en génocide...
La nostalgie de la liberté disparue est d'un autre ordre...
Ce blog veut témoigner pour Chypre. Il se composera d'articles glanés ci et là sur le web soit en français soit que j'aurais traduits et particulièrement de traductions du merveilleux Blog, si passionné et si riche de NOCTOC. qui m'a permis de transcrire ses textes . Puissent les lecteurs francophones en prendre connaissance !
____________________________________________

Le monastère de Panagia ton Katharon (ou Panagia Kathariotisa) en zone occupée



La montagne Pendadaktylos


Le monastère de Panagia ton Katharon ou Panagia Kathariotisa est situé au sud-ouest du village de Larnakas tis Lapithou dans la province de Kyrenia. Le monastère était stavropégique (rattaché directement au Patriarche de Constantinople). Il a été en fonctionnement pendant les 11ème et 12ème siècle, mais on pense qu'il a été fondé durant les années de l'iconoclasme, par des moines en fuite qui sont arrivés à Chypre de Constantinople ou d’une autre zone de l'Empire byzantin au 8ème siècle.



Aujourd'hui....depuis 1974.

Le monastère a été le centre religieux de la région. Il était souvent visité par les habitants des villages de Larnakas tis Lapithou, Agridaki, Sysklipos, Saint Ermolaos et Kontemenos qui invoquaient l'aide de la Toute Sainte. Le monastère doit son nom " ton Katharon" qui signifie "de la Propreté" à cause de l'icône, qui s’y trouvait et qui guérissait les yeux douloureux.
L'église du monastère est dédiée à La Dormition de la Bienheureuse Vierge Marie. Il se compose d'un bâtiment en arche unique - dans le style byzantin. L'icône de la Vierge Marie était toujours recouverte d'un drap, qui servait à protéger et préserver l'icône, qui était considérée comme de grande valeur. Selon la tradition populaire, elle avait été apportée à Chypre par Sainte Hélène.


Deux Larnatsjiotes ont peint un mur pendant l'été 2003


Le monastère bénéficiait d’une eau abondante, d’un vaste territoire, et de nombreux moutons et chèvres,. Autour de l'église du monastère, à l'est et au nord, avaient été construites les "notaes" - les cellules des moines - avec leurs arcades typiquement chypriotes. Un peu en retrait se trouvaient la bergerie, la maison du berger et le réservoir d'eau, utilisé pour les animaux et les jardins de la Vierge.
Au sud et sud-est du monastère, en descendant la colline, de l'eau bénite de la Toute Sainte Mère de Dieu, jaillissait de la terre. L'eau bénite, selon la tradition locale, faisait des miracles en rendant la vue aux aveugles et l’ouïe aux malentendants.



Légèrement au-dessus du monastère, il y avait "l’aire de battage de la Vierge», situé sur un plateau. C'est ici que l'icône était apportée par temps de sécheresse, et c'est là que les fidèles faisaient appel à la Vierge Marie pour obtenir la pluie. Cela se passait le jour du 21 Novembre, qui était le jour de la fête de la Sainte Déipare. Cela commençait le matin avec une liturgie, suivie par la procession de l'icône dans le monastère et se terminait par un long office de prière sur «l'aire de battage de la Vierge ». Les pères du monastère tenaient l'icône à l'avant du cortège, suivis par le reste de la population. Dès qu'ils arrivaient à "l’aire de battage de la Vierge» tout le monde se mettait à genoux et priait la Vierge Marie pour obtenir la pluie. Et toujours, avant fin de l'après-midi, leurs prières et leurs demandes étaient converties en pluies abondantes. Les miracles de la Toute Sainte Mère de Dieu qui ont été signalés par les habitants du village de Larnakas tis Lapithou, mais aussi des régions avoisinantes, sont nombreux.



Après l'invasion turque de Chypre en 1974, le monastère a été détruit par les forces d'occupation turques. Aujourd'hui, le monastère est en ruines et se tait.



(version française de Maxime le minime d'ap.Noctoc)

Share this post!

Bookmark and Share

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire