Nostalgie de la puissance d'un côté / Nostalgie de la liberté de l'autre...

Beaucoup de peuples sur cette terre vivent dans la nostalgie de leur gloire passée, de leur puissant empire perdu... Ces peuples généralement vantent les mérites de la pacification du territoire qu'ils avaient conquis et de la civilisation dont le monde aurait bénéficié grâce à eux. Par certains côtés les beaux restes qui subsistent de cette expansion pourraient nous faire admirer le passé des conquérants... Mais il ne faut surtout pas oublier : 1. Un peuple conquis est toujours un peuple soumis. 2.Un peuple soumis est humilié en permanence directement et indirectement. 3. A cette humiliation s'ajoute la persécution quand ce peuple refuse d'être humilié. 4. Si la persécution ne suffit pas à écraser l'énergie de ce peuple, elle peut se poursuivre en génocide...
La nostalgie de la liberté disparue est d'un autre ordre...
Ce blog veut témoigner pour Chypre. Il se composera d'articles glanés ci et là sur le web soit en français soit que j'aurais traduits et particulièrement de traductions du merveilleux Blog, si passionné et si riche de NOCTOC. qui m'a permis de transcrire ses textes . Puissent les lecteurs francophones en prendre connaissance !
____________________________________________

le musée d'Art byzantin de Nicosie



Situé dans la vieille ville de Nicosie – Laiki Ytoria – le musée d'Art byzantin conserve la plus importante collection d'icônes de l'île, mais pas seulement. Achevée en 1980, sa construction naît de l'initiative de monseigneur Makarios III, en 1972. En 1974, les événements politiques mettent entre parenthèses le projet qui reprend deux ans plus tard. Les collections offrent un riche aperçu de plus de dix siècles d'art chypriote. Au-delà de son inscription dans des canons très stricts, chaque période reflète les caractères de son époque. S'immiscent dans ces œuvres religieuses et intemporelles des éléments circonstanciels : le portrait de donateurs, l'arrivée des Francs, l'influence de l'art occidental, etc. La visite commence au rez-de-chaussée avec la période classique et ses évolutions – du VIIIe au XVIIIe siècle. A partir du XIIIe siècle, la production d'icônes est marquée par l'influence occidentale (l' on peut même y voir un saint Nicolas vêtu de costumes flamands). L'influence italienne se lit également dans des œuvres telles que l''Adoration des Mages', ou la 'Madone'. Après 1453 - prise de Constantinople par les Turcs - la création est marquée par un retour au classicisme byzantin. Une seconde salle accueille ainsi un ensemble de peintures murales du XVe siècle, toutes originaires du monastère d'Antiphonitis situé dans le nord de Chypre. Témoignage du pillage du patrimoine chypriote, cette section date de 1997. Enfin, le premier étage est investi par la fondation Makarios III, présentant des œuvres contemporaines d'artistes locaux, ainsi qu'une collection de peintures des écoles européennes du XVIe au XIXe siècles, avec notamment un 'Saint Antoine en prière' de Murillo et un 'Saint Jean-Baptiste' attribué au Caravage. L'étage supérieur est occupé par des gravures du XVIIe et XIXe siècle, représentant des héros de guerre qui se sont illustrés pour la liberté de la Grèce entre 1821 et 1829.
(extr. du blog "Maritimar" )

Share this post!

Bookmark and Share

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire